Ce sera ma vie parfaite de Camille de Villeneuve

Victor des Ulmières, aristo fin de race, photographe à ses heures qui a basé sa petite notoriété sur des mensonges, est à l’heure des bilans. Il va bientôt mourir, il en est certain ; il regarde en arrière et tente de planifier sa mort pour la rendre la plus parfaite possible. En attendant, il passe l’été dans sa vaste demeure avec des amis musiciens et danseurs.

C’est bien les danseurs, c’est sensuel, et puis tout le monde sait que les artisses c’est instable, ça fait du drame à pas cher (Julie Bonnie nous l’a récemment prouvé, d’ailleurs).

Ce_sera_ma_vie_parfaiteParce qu’il faut du drame hein, l’éditeur veut que ça tienne sur 250 pages, alors comme on a rien à dire il nous faut des esclandres, un maximum de morts dramatiques – allez, un cancer pour toi, une fusillade pour celui-ci, et puis on devrait bien réussir à caser un petit suicide quelque part par là -, des femmes, plein de femmes qui traversent la vie de notre héros et allez, tiens, même un homme ou deux parce que ça met du piment, ça fait jeune, pas autant qu’une scène de triolisme décomplexé – mais attention, là il faut jouer à l’équilibriste, le triolisme c’est cool mais il va falloir rester allusif parce qu’on veut pas choquer la bourgeoise quand même.
Camille de Villeneuve semble se débattre avec ses personnages et, malgré tous ses efforts, livre un second roman tiède et convenu que j’ai eu bien du mal à terminer.

platypus fullplatypus grayplatypus grayplatypus grayplatypus gray
Sur le même thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *