Ici commence la nuit d’Alain Guiraudie

l'inconnu du lac 1

A la fin du printemps 2013, en plein déferlement anti-mariage pour tous, Alain Guiraudie jetait un pavé dans le lac avec un très beau film qui parlait d’homosexualité mais sortait largement de la case « cinéma gay » dans laquelle on veut trop souvent cantonner ce genre de films. L’Inconnu du lac parlait d’amour, de désir et de solitude avec une liberté grisante. Une belle éclaircie que n’avaient pas réussi à assombrir les quelques esprits chagrins qui avaient fait censurer l’affiche du film à Versailles et Saint-Cloud.

C’est bien plus discrètement qu’Alain Guiraudie publie en cette rentrée littéraire son premier roman, Ici commence la nuit, sorte de pendant littéraire de l’Inconnu du lac. Plus libre encore qu’au cinéma, Guiraudie reprend les éléments de son film, les mélange, les réassemble et en profite pour les saupoudrer de quelques scènes un peu plus scabreuses, à peu près impossibles à montrer à l’écran – une des premières scènes, largement scatologique, pourra faire fuir plus d’un lecteur, et pas seulement à Versailles. Il serait cependant bien dommage de s’arrêter pour si peu.

guiraudie ici commence la nuitOn retrouve donc dans Ici commence la nuit deux personnages très proches de ceux de l’Inconnu du lac : un homme d’une quarantaine d’années, Gilles, tombe fou amoureux de Louis, un prédateur magnétique mais dangereux qu’il a vu noyer un autre homme à la tombée de la nuit dans le lac qui sert de lieu de drague. La principale variante réside dans la façon dont les deux hommes se rencontrent : au début du roman, Gilles, invité chez Pépé, quatre-vingt-dix-huit ans et pas mal de malice, se branle une énième fois – et en cachette – dans les slips de son vieil ami. Mariette, la fille de Pépé, retrouve l’objet du crime et décide que c’est le slip de trop. Elle appelle la police, bien que Pépé ne se plaigne pas qu’on « pense à lui » de cette façon, et le brigadier qui arrive sur les lieux n’est autre que Louis, le futur amant de Gilles.

Guiraudie ne recule devant rien dans ces scènes inaugurales ; elles agissent comme une avertissement : pour accéder à ce qu’Ici commence la nuit a à nous dire, il faudra accepter d’aller au bout du glauque, du cru et de l’obscène, sur un territoire où les personnages sont véritablement nus, pas seulement sur la plage naturiste mais nus jusqu’au trognon, jusqu’aux peurs et aux désirs les plus viscéraux. Car au travers et entre ces scènes qu’on pourra trouver choquantes, se dessinent trois portraits d’hommes qui cherchent à aimer et à rester debout dans un monde qui se casse la gueule.  Au premier plan se trouve Gilles, écartelé entre sa tendresse platonique (masturbation mise à part) pour Pépé et le monde qu’il représente – celui où l’on parlait encore occitan, la langue de l’amour et des troubadours -, et son désir fou pour Louis, qui ne sait exprimer sa passion que par la violence.

Ce curieux triangle amoureux progresse vers un dénouement que l’on pressent sombre, mais qui est pourtant un triomphe de l’amour en mode mineur. Comme le héros de l’Inconnu du lac courait vers sa mort, pris dans un jeu de pulsions trop exaltant pour se raisonner, Gilles, qui a « toujours su qu’un jour, quelqu’un viendrait et qu’il [lui] ferait très mal », qui ne peut vivre « qu’avec des fantômes », se brûle à la lumière d’un désir trop intense. Et entre dans la nuit, mais pas sans avoir enfin compris ce que signifie aimer.

platypus fullplatypus fullplatypus full platypus half platypus gray

challengerl2014J’ai lu ce roman dans le cadre du Challenge 1% de la rentrée 2014 lancé par Hérisson de Délivrer des livres ; il s’agit de ma quatorzième participation.

Sur le même thème :

3 Comments

  1. Effectivement, je n’avais pas entendu parler de ce roman. Pourtant, comme pendant du film, ou plutôt comme une énième variation, ça peut être intéressant. Merci d’avoir réparé cette lacune et d’avoir attiré mon attention sur cette sortie passée inaperçue.

    • Je n’en avais pas entendu parler jusqu’à ce que les Inrocks en parlent. A ma connaissance, ce sont les seuls à s’en être fait l’écho… En tout cas je le recommande à tous ceux qui ont aimé le film, qu’il éclaire sous un jour différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *