Le Fémur de Rimbaud de Franz Bartelt

Image - antiquaire

Majésu Monroe est antiquaire. Pas du genre brocanteur à la petite semaine, non, plutôt du genre à vendre des objets rarissimes, voire absolument uniques. Du tube digestif de Pantagruel au cure-dents de Landru en passant par des bocaux (étanches) contenant la vérole de Musset ou une chaussette trouée ayant appartenu à Arthur Rimbaud, Majésu a tout, pourvu qu’on veuille bien croire à son boniment.

Majésu rencontre un jour Noème, fille unique de deux aristocrates pleins aux as contre qui elle s’est révoltée à l’aube de son adolescence. Rejetant complètement le modèle parental, Noème veut être aussi pauvre que ses parents sont riches, et aussi communiste que ses parents sont capitalistes. Et comme, pour se faire mousser, Majésu lui raconte qu’il a déjà tué une crevure de patron, Noème n’en démordra pas : il faut tuer ses parents !

Couverture - Le Fémur de RimbaudVous l’aurez compris, le ton de Franz Bartelt dans le Fémur de Rimbaud est résolument badin. Personnages hauts en couleur, rebondissements rocambolesques, tout est au rendez-vous pour s’en payer une bonne tranche ; et quand les parents de Noème finissent par mourir – dans un accident -, Bartelt fait un demi-tour au frein à main, l’héritière ravalant soudain ses principes pour se vautrer dans la soie et le marbre, qu’elle n’a plus du tout envie de partager avec qui que ce soit…

Le Fémur de Rimbaud pourrait être une simple farce, un aimable divertissement, et on s’en contenterait volontiers tant l’humour tranchant de Bartelt fait merveille. Mais le roman se double d’un discours réjouissant sur les interactions entre le mensonge et la réalité, sur les relations entre chaque personnage et les masques qu’il endosse, et sur le pouvoir suprême du langage, et sa désormais fameuse septième fonction.

C’est le client qui fait l’authenticité d’un objet. Plus il paie cher, plus l’objet qu’il acquiert est authentique. C’est mathématique. Je ne force personne. moi je crois à ce que je vends. Mais c’est de la responsabilité de la clientèle de croire à ce qu’elle achète.

Le mensonge, omniprésent dans la bouche de chaque personnage, est le véritable moteur du Fémur de Rimbaud et permet à Bartelt de composer une sorte d’art du roman, où le mentir-vrai n’est plus le plus important, détrôné par un mentir-gros qui fonctionne tout aussi bien.

platypus fullplatypus fullplatypus fullplatypus halfplatypus gray

Sur le même thème :

2 Comments

  1. Super article 🙂
    J’adore te lire ! Le passage où tu parles d’un « demi tour au frein à main » et où tu dis qu’elle va « se vautrer dans la soie et dans le marbre » est juste génial.
    Un livre de plus sur la PAL !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *