La Côte sauvage de Jean-René Huguenin

jean-rené-huguenin-la-cote-sauvage

De retour de son service militaire, Olivier retrouve après deux ans d’absence la maison familiale en Bretagne, ses amis d’enfance, sa mère et surtout sa protégée, sa petite soeur Anne. Evidemment, en deux ans, bien des choses ont changé et Olivier apprend, dès son arrivée, qu’Anne est sur le point de lui échapper : elle compte se marier avec Pierre, le meilleur ami d’Olivier. Déterminé à tout faire pour empêcher cette union, Olivier va passer l’été à tenter de rétablir son emprise sur Anne.

jean-rené-huguenin-la-cote-sauvageL’histoire du seul roman de Jean-René Huguenin – décédé en 1962 à l’âge de vingt-six ans – a tout du classique drame familial, et il évoque un certain nombre de références du genre, des Parents terribles de Cocteau à Thérèse Desqueyroux de Mauriac. Mais la Côte sauvage ne se limite pas  à un jeu de références, et se révèle même d’une grande modernité dans l’économie de moyens dont fait preuve Huguenin, cristallisant les sentiments bouillonnants d’Olivier dans de brefs et étincelants éclats de dialogue.

– A quoi penses-tu, Olivier ?

– Je cherche un mot.

– Quel genre de mot ?

– Je ne sais pas… Depuis des années je cherche un mot. Mais au fond c’est peut-être un geste qu’il faudrait trouver.

– Pour quoi faire ?

– Pour se délivrer.

Brusquement le vent se lève. Elle a tourné la tête.

– Te délivrer ! Toi ? Mais tu es libre, c’est même effrayant comme tu es libre ! Tu fais ce que tu veux de toi et des autres.

– Je ne peux pas… mettre le feu à la mer, dit-il en souriant.

Olivier parle peu, mais c’est à chaque fois pour dire beaucoup de choses. On s’attend, lorsqu’on rencontre le personnage, à ce que le roman soit une explosion de sentiments contradictoires, un enchaînement cataclysmique de disputes et de drames – surtout quand les retrouvailles avec Anne se chargent d’airs incestueux. Il n’en est rien : Huguenin reste du début à la fin dans la retenue, ce qui lui permet de composer un personnage fascinant et complexe, poignant dans sa façon de cacher sa conscience aiguë de sa solitude sous des airs butés et ombrageux.

platypus fullplatypus fullplatypus fullplatypus halfplatypus gray

challenge - don quichotte

Sur le même thème :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *