Les Fondamentaux de l’aide à la personne revus et corrigés de Jonathan Evison

fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés - evison - little miss sunshine

Sorti fin mars, Les Fondamentaux de l’aide à la personne revus et corrigés, petit dernier de chez Monsieur Toussaint Louverture, avait tout l’air d’être à part dans le génial catalogue de la maison d’édition bordelaise. Imaginez : on murmure sur la blogosphère et ailleurs qu’il s’agirait d’un feel-good book… Un de ces machins collants et mièvres, à l’intersection du développement personnel et de la littérature ? Pas possible ! Chez Monsieur Toussaint Louverture on est plutôt, habituellement, dans le camp de la thérapie par les électrochocs, et pas du genre à faire de gentils massages aux huiles essentielles au pauvre petit lecteur fatigué.

Et pourtant, on retrouve pas mal de codes du feel-good dans Les fondamentaux de l’aide à la personne revus et corrigés, qui nous propose de suivre l’aventure humaine de deux personnages détruits par la vie qui, en se rapprochant l’un de l’autre, vont panser peu à peu leurs blessures. Sauf que les blessures sont costaud, à commencer par celles de notre héros, Benjamin Benjamin, ancien père au foyer qui, après avoir vu ses enfants mourir sous ses yeux – et possiblement par sa faute -, et après un divorce éreintant, se retrouve – plutôt par hasard et par dépit – aide-soignant. Son premier job après avoir assimilé sa formation sera d’assister Trev, un jeune homme imaginatif et pince-sans-rire, lourdement handicapé par une maladie orpheline.

fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés - evison - couvLes deux hommes se rapprochent assez vite – passer une dizaine d’heures par jour ensemble et sacrifier à des rituels quotidiens tels que la toilette, que Trev ne peut faire seul, forcément, ça soude. Et puis, Benjamin et Trev se découvrent des états d’âme pas si éloignés : si Benjamin est rongé par l’idée d’avoir été un père défaillant, Trev, lui, a à faire la paix avec ce qui lui tient lieu de figure paternelle : un pauvre type maladroit qui s’est fait la malle lorsqu’il a découvert que son fils serait handicapé, mais qui, bourré de remords, essaye désespérément de faire oublier cet affront en revenant de temps en temps, les bras chargés de cadeaux. En confrontant leurs deux expériences, Trev et Benjamin parviennent peu à peu à pardonner et à se pardonner, et se découvrent plus solides qu’ils ne le pensaient.

Au fil du temps, cependant, l’état de Trev se dégrade. Tout le monde autour de lui en est conscient : la moindre maladie opportuniste peut le tuer. A quelques centaines de kilomètres de là, dans l’Utah, Bob, son père, vient d’être lui aussi hospitalisé à la suite d’un accident. Benjamin propose alors à Trev et à sa mère une aventure un peu folle : un road-trip de Seattle à Salt Lake City. Un genre de tournée d’adieu qui les amènera à rencontrer d’autres personnages cabossés par la vie : Dot, une adolescente en pleine rébellion, et Peaches, une femme enceinte jusqu’aux yeux, accompagné de son compagnon Elton, un pur loser qui pense faire fortune avec l’invention la plus stupide qui soit.

C’est donc une sacrée équipe de bras cassés qui s’apprête à traverser la moitié des Etats-Unis – avec tout ce que le genre du road-trip inclut de rebondissements et de passages obligés. Pannes en tous genres et motels sordides sont bien au rendez-vous, mais la difficulté de se déplacer avec un fauteuil roulant électrique dans des lieux mal adaptés rajoute quelques embûches sur le parcours. Néanmoins, à quelques variations près, on ne saurait guère être surpris par les diverses aventures que traversent Trev et Benjamin, globalement assez prévisibles malgré l’excentricité des personnages qu’ils croisent sur leur route.

De même, le schéma directeur des Fondamentaux de l’aide à la personne revus et corrigés est parfaitement conforme à ce qu’on peut attendre d’une telle histoire. Pensez à Little Miss Sunshine, par exemple, et vous retrouverez exactement les mêmes tenants et aboutissants : au fil du voyage, les personnages apprennent à mieux se comprendre les uns les autres et, par la même occasion, à se comprendre eux-mêmes, à faire preuve de résilience.

Evidemment, les Fondamentaux de l’aide à la personne revus et corrigés s’inscrivent dans un contexte un peu plus sombre, notamment parce que l’on sait que pour Trev, aucun véritable happy end ne sera possible, quand bien même il aura découvert le monde et profité de la vie le temps de ce petit périple. Et Jonathan Evison fait preuve d’un réel talent narratif et d’une belle imagination, qui lui permettent de camper des personnages tout à fait attachants, qu’on suivrait jusqu’au bout des Etats-Unis. Cela suffit à passer un agréable moment, où se mêlent humour noir et tendresse, mais tout de même pas à faire de ce road-trip un voyage inoubliable.

platypus fullplatypus fullplatypus fullplatypus grayplatypus gray

D’autres romans publiés chez Monsieur Toussaint Louverture sur le blog.

Sur le même thème :

4 Comments

  1. Je viens de le lire (le dévorer) et, oui, comme le disait Le Rouquin (c’est bien à lui que vous faites allusion?) il y a du feel good dans l’air. Mais on ne va pas chipoter, et puis c’est M Toussaint Louverture. Chez lui est paru aussi La maison où, et là , je ne suis pas arrivée à la fin, mais c’est une totale expérience! Il va aussi faire paraitre Watership Down, LE livre dont je rêvais depuis 20 ans que je l’ai lu!(à part ça je n’ai aucune action dans sa boite)

    • Ah mais là-dessus on est bien d’accord : La Maison dans laquelle restera probablement pour moi LE roman de 2016, et Watership Down (que j’ai lu en VO, incapable d’attendre sa sortie sous l’étendard MTL) est aussi une redécouverte majeure. Mais bon, on ne peut pas taper dans le mille à tous les coups !

    • Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est gnangnan car les « tares » des personnages principaux assombrissent tout de même le tableau. Mais d’une certaine manière, moralisateur, oui, avec ce message finalement pas très finaud entre « Carpe Diem » et « Sky is the limit »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *