Le reste est littérature – Été 2016

expo houellebecq-faire-vos-jeux

Après une petite pause estivale, je reprends cette rubrique dédiée à mes activités culturelles en dehors de la lecture. Et le bilan de l’été sera assez vite fait, car celui-ci est passé très vite. Pas de vacances ou presque (ce sera pour novembre), et peu de visites… On se rattrapera en octobre !

Dans mes oreilles

Sorties et concerts se font forcément plus rares en été mais la rentrée est belle, avec ces dernières semaines l’arrivée des albums de Keaton Henson (une découverte toute récent pour moi), Angel OlsenBon Iver, Warpaint… Parmi les plus attendus pour moi, un deuxième album mitigé pour La Femme, mais assez varié pour que chacun y trouve son plaisir, et surtout un gros raté, geignard et trop policé, pour Local Natives. Quant à l’album de la rentrée, cela restera indiscutablement celui de Glass Animals, qui délaissent les ambiances moites et tropicales de leur génial premier album pour des tonalités qui évoquent plutôt une soirée de club de vacances en Floride qui dégénère – avec toujours pas mal de bizarreries au programme. Et puis quelques mini-tubes de l’été à droite à gauche, avec des personnalités aussi variées que Sia, Séverin, KaytranadaSophie Ellis BextorJaakko Eino Kalevi, The Pirouettes et les Naïve New Beaters

la-femme-bon-iver-glass-animals

Côté concerts, l’été s’est terminé comme tous les ans à Rock en Seine, où je n’ai pu me rendre que le dimanche – mais quelle journée. Après une mise en jambes devant Kevin Morby puis Editors, les deux gros morceaux (pour ne citer qu’eux) furent Iggy Pop – pour un extraordinaire set best-of, pendant lequel on a bien senti l’envie du bonhomme de profiter jusqu’à la dernière goutte de ce qui pourrait bien être une ultime tournée – et Peaches – pour un concert-spectacle évidemment déjanté et ultra-provocateur avec changements de costumes et accessoires gonflables à la clé.

Après cela, les affaires ont repris le 15 septembre pour le trio Sunflower bean au Point Ephémère. L’album sorti au printemps est un beau mélange de dream pop et de post-punk, qui fonctionne très bien sur scène, sauf lorsque le groupe se lance dans des tunnels instrumentaux qui rallongent la sauce de manière assez peu satisfaisante. On apprécie l’intention – faire durer un peu, quand on n’a qu’une quinzaine de chansons en stock – mais on s’en passerait bien. A la place, j’aurais bien aimé entendre certaines des reprises de leur tout nouvel EP, par exemple leur très jolie version du Life’s a gas de T-Rex.

Pour terminer le mois, Mitski était au Pop up du label pas plus tard qu’hier soir. Son quatrième album, Puberty 2, est étonnamment en retrait dans une setlist qui fait la part belle à l’album précédent, Bury me at makeout creek. Presque une tournée best-of pour Mitski qui certes n’est pas encore bien connue mais a tout de même déjà quatre albums en stock. Ce parti pris est assez étonnant mais semble au final bien calculé puisque les premiers rangs de la toute petite salle du Pop Up du Label sont manifestement composés de fans de la première heure qui réagissent au quart de tour aux premières notes de chaque chanson. Il est rare de voir autant de dévotion pour une artiste avec une si petite notoriété, et cela donne une ambiance amusante – on croirait une rock star culte venue s’encanailler dans un petit rade… Mitski assure le fan-service, salue des admirateurs venus exprès du Portugal ou de Barcelone (!), souhaite un bon anniversaire à une autre… Et livre au passage – tout de même – un set concis et dense, bourré de chansons toxiques qui suintent l’anxiété et la rage, avec une économie de moyens qui nous éloigne quelque peu du soin apporté à la production de Puberty 2 mais qui laisse ainsi plus de place encore pour une voix décidément envoûtante, quel que soit le registre, de la plainte au cri.

Bref, ce n’est pas la musique qui a fait défaut ces trois derniers mois ; ci-dessous, comme d’habitude, le résumé en une playlist :

Dans les musées

Il a fallu se presser en juillet et août avant que les expos Houellebecq et Paula Mordersohn-Becker ne ferment. Depuis la rentrée, rien de très neuf – mieux vaut attendre que les foules désertent un peu Magritte et Hergé pour s’y rendre – excepté l’exposition Beat Generation au Centre Pompidou, où je n’ai pas pris de photos même si la scénographie, étonnamment moderne pour le Centre, vaut le coup d’oeil. Et si l’expo est très riche, elle reste difficile d’abord pour qui ne connaît pas du tout les écrivains beat – et c’est mon cas. Je ne crois pas, paradoxalement, avoir appris grand chose dans cette belle expo, mais elle m’a donné envie de plonger dans Kerouac, Ginsberg et les autres : c’est déjà ça. En attendant que je m’y mette, petit retour sur mes expositions de l’été :

Sur le même thème :

2 Comments

  1. Pas lu Sur la route, tiré du rouleau? grande expérience de lecture, j’ai adoré!
    Je ne savais pas que vous aviez une rubrique sorties concerts expos, je m’amuse beaucoup car je ne connais même pas le nom de 90% des musiciens et groupes cités.^_^

    • Eh non, même pas Sur la route ! Seulement un petit bouquin pas connu, il y a quelques années, Et les hippopotames ont bouilli vif dans leurs piscines, de Burroughs et Kerouac (un bon souvenir, mais très flou…). Donc j’ai pas mal de choses à rattraper !
      Et oui, je tâche de ne pas oublier cette rubrique habituellement mensuelle, depuis le printemps dernier… On m’a déjà fait la remarque pour la musique, c’est l’occasion de faire quelques découvertes 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *