Histoire du lion Personne de Stéphane Audeguy

woira_le_lion_et_son_chien-histoire-du-lion-personne-audeguy

Comme tout un chacun, le lion Personne est né au Sénégal. Rien de plus banal pour un lion. Il y serait resté, comme la plupart de ses congénères, si sa vie n’avait pas été prise dans un enchaînement de concours de circonstances qui en ont fait une créature à part. A la mort de sa mère, il est d’abord recueilli par un jeune garçon sénégalais curieux de tout, prometteur aux yeux de son tuteur français. Tous deux s’occupent de lui avec la plus grande prévention, l’apprivoisent, le bichonnent, jusqu’à un drame qui jette le lion Personne sur les routes, ou plutôt sur la mer, en direction de la France où il sera accueilli par Jean Dubois, naturaliste élève de Buffon, qui en fera une des vedettes de la ménagerie du roi – bientôt remplacé par le Jardin des Plantes.

Voilà une histoire qui promet monts et merveilles, potentiellement spectaculaire, que Stéphane Audeguy aborde cependant avec une tendance affirmée à la miniature, aux scènes de l’intime. Le lion Personne traverse le monde, mais Audeguy se refuse aux panoramiques, envisageant son histoire, très simple, comme une suite de gros plans.

histoire-du-lion personne-couv-audeguyOn se laisse balader de l’Afrique à Versailles sans aucun déplaisir, car Stéphane Audeguy sait brosser des portraits savoureux et que les personnages secondaires, que croise le lion sur sa route, sont légion. Mais si on se laisse porter ainsi, c’est aussi parce qu’on est certain qu’Audeguy a quelque chose de plus dans sa besace, un double fond qui permettrait au sympathique récit de voyage que l’on a entre les mains de devenir une fable politique ou humaine des plus profondes.

Et c’est bien là que le bât blesse : à aucun moment Histoire du lion Personne n’enclenche la vitesse supérieure. On s’attendrait à ce que l’arrivée du lion à Versailles en pleine Révolution soit l’occasion de développements nouveaux. Tout juste aura-t-on droit à quelques considérations assez paresseuses établissant un parallèle entre le roi des animaux et le Roi de France fraîchement déchu – parallèle fertile et pourtant peu débattu dans les pages d’Histoire du lion Personne.

Peut-être attendais-je trop de Stéphane Audeguy, dont Rom@ et la Théorie des nuages m’avaient ravi. Sans doute espérais-je une nouvelle fois des prouesses narratives, un récit à tiroirs… Sans doute le titre, très humble, d’Histoire du lion Personne doit-il servir de mise en garde : Stéphane Audeguy voulait juste raconter une histoire. Une toute petite histoire dans la grande, qui n’entre jamais vraiment en écho avec celle-ci, et qui est au bout du compte bien peu de chose.

platypus fullplatypus fullplatypus halfplatypus grayplatypus gray

En en-tête : le lion Woira et le chien Braque, sources d’inspiration de Stéphane Audeguy.

Sur le même thème :

4 Comments

  1. Même impression que vous. Agréable, mais ne décollant pas,ne parvenant pas (ne cherchant pas?) à se hisser au niveau de la fable. Ce lion,brave toutou fort sympathique (d’ailleurs flanqué d’un autre toutou tout aussi attendrissant) est moins traité comme personnage principal que comme prétexte à aller de la brousse à St Louis,puis en France. ( Pelletan,à contrario,bénéficie d’un traitement de faveur qui lui confère un statut de personnage central plutôt réussi). On est loin du remarquable premier roman de cet auteur,que je ne me lasse pas de relire.

    • Je n’ai toujours pas lu la Théorie des nuages, dont vous n’êtes pas le premier à me dire le plus grand bien ! J’avais en revanche beaucoup apprécié Rom@, très original. Ici, en dehors d’une sympathique promenade de santé, pas grand chose à tirer en effet. Je suis encore sidéré que le prix Wepler, si exigeant habituellement, l’ait distingué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *