Evguénie Sokolov de Serge Gainsbourg

petomane-pujol-evguenie sokolov

En plus d’être chanteur, on le sait moins, Serge Gainsbourg a été écrivain. Pas longtemps, seulement le temps d’un très court roman (112 pages écrites très gros et avec des marges conséquentes en Folio) publié en 1980 : Evguénie Sokolov.

Que se cache-t-il derrière ce titre qui évoque les grands romans russes ? A première vue, une farce : Evguénie Sokolov est le nom d’un artiste, passé par les Beaux-Arts, qui ne brille guère jusqu’à ce qu’il aie l’idée d’explorer une capacité naturelle qui lui est propre, un fardeau qui se transforme alors en don, j’ai nommé sa pétomanie hors-du-commun. Evguénie Sokolov pète tant et si bien que les vibrations de ses flatulences influencent son tracé, et lui permettent de réaliser des oeuvres qui vont bientôt se vendre comme des petits pains dans le monde entier.

evguenie sokolov-gainsbourgOn retrouve bien là l’esprit provocateur que l’on connaît chez Gainsbourg. Le roman a, comme il se doit, suscité quelques remous à sa sortie : outrancier, vulgaire, Evguénie Sokolov ne pouvait que choquer le bourgeois. Gainsbourg pousse le vice en ayant recours à un style des plus précis, d’un grand et beau classicisme, qui détone avec le sujet extrêmement trivial du roman. On croirait parfois lire un pastiche de roman de la fin dix-neuvième :

En effet, si je me réfère à ma vacillante mémoire, je crains d’avoir dès ma plus tendre enfance eu ce don infus, que dis-je, cette inique infortune, de venter sans arrêt, mais comme j’étais d’un naturel tout à la fois pudique et fourbe, sans doute attendais-je le moment propice pour pousser sans témoins et sans honte ces soupirs parasitaires, nul jamais dans mon entourage ne décela cette cruelle anomalie.

On pourra également se délecter de l’inventivité de Gainsbourg qui recourt à plusieurs reprises à des listes-inventaires, pas tout à fait à la Prévert, parmi lesquelles on retiendra particulièrement celle des surnoms dont Sokolov se voit affublé à l’armée. La Bombarde, le Chalumeau, Bertha, Fulmicoton, Zéphir…

Mais au-delà de ce bonheur du style et du plaisir créé par son décalage avec le sujet, on pourra lire Evguénie Sokolov comme une fertile réflexion sur le rapport du créateur à son art. Malgré le succès, Sokolov doit continuer à se dissimuler pour produire ses oeuvres, car le processus de création lui semble trop répugnant pour être dévoilé. Bien qu’ils soient considéré comme l’étalon du beau en matière d’art contemporain, ses dessins viennent de ce qu’il y a de plus laid, de plus inavouable en lui. Et, lorsque l’inspiration – ou l’expiration, dirons-nous – lui vient à manquer, Sokolov, qui ne veut pas perdre la face, se force, force ses tripes à produire des oeuvres parfois inférieures, et y perd à la fois son âme et son bien-être physique. Derrière la pochade, Evguénie Sokolov contient un portrait de l’artiste et de ses affres qui en fait un objet tout à fait digne d’intérêt,  et bien plus qu’une simple petite curiosité dans le parcours de Serge Gainsbourg.

platypus fullplatypus fullplatypus fullplatypus fullplatypus gray

Le dessin en en-tête représente Joseph Pujol, pétomane qui fit les beaux jours du Moulin Rouge à la Belle Epoque. Le blog Raconte-moi l’histoire évoque son parcours. L’image que j’ai utilisée est présente sur un certain nombre de blogs mais je n’ai pas trouvé sa source exacte ni le nom de son auteur.

Sur le même thème :

3 Comments

  1. Perso, ça ne devrait pas t’étonner, je n’ai pas réussi à voir quoi que ce soit d’autre que de la pure pochade, certes rondement menée.
    Je me suis même demandé si le texte aurait présenté le moindre intérêt et aurait été publié si ce n’avait été Gainsbourg…

    • Tu es plus dur que moi cette fois ! Mais cela dit, qu’on aime ou pas, on ne peut douter que si un inconnu s’était présenté à un éditeur avec un texte pareil, il aurait eu du mal à convaincre…
      Pourtant, dieu sait que je n’aime guère Gainsbourg (comme chanteur en tout cas), mais là je l’ai trouvé étonnamment plus profond que d’habitude !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *