Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

arrete avec tes mensonges - illustration - brokecback mountain

À dix-sept ans, Philippe Besson vit son premier amour. C’est affreusement banal, un premier amour. La maladresse, l’emballement, la fougue, les hésitations, la rupture quasi inévitable. Ça l’est un peu moins quand on a grandi à la campagne dans les années 80 et qu’on se découvre homosexuel.

Philippe et Thomas se reconnaissent presque d’instinct, sans même se parler. Philippe a un faible pour Thomas mais n’ose espérer que ce garçon mutique puisse un jour lui adresser la parole. C’est pourtant à l’initiative de Thomas que commence une relation passionnée mais forcément dissimulée, et qui souffrira beaucoup de l’incapacité de Thomas à accepter sa propre homosexualité.… Lire la suite

Légende de Sylvain Prudhomme

berger-legende-sylvain-prudhomme

Au pied des Alpilles, coincée entre Arles, Marseille et les marais de la Camargue, se trouve la plaine désertique de la Crau. Un lieu peu connu, laissé pour l’essentiel aux brebis et, de temps en temps, à quelques réalisateurs de westerns qui y trouvent à moindres frais des paysages qui ressemblent parfaitement à ceux de l’Ouest américain. Cette plaine, Nel en est amoureux, comme quelques autres enfants du pays. Mais dans Légende, c’est surtout sur une autre facette de la région que Nel va devoir se pencher, en compagnie de son ami Matt, réalisateur à ses heures perdues, qui veut mener une enquête sur une boîte mythique de la région, aujourd’hui fermée.… Lire la suite

Les cosmonautes ne font que passer d’Elitza Gueorguieva

iouri gagarine - les cosmonautes ne font que passer - elitza gueorguieva

Pourquoi les parents choisissent-ils de s’enfermer tous les soirs dans la salle de bains, avec tous les robinets ouverts, pour discuter ? Pourquoi le père Gel a-t-il soudain été remplacé par le Père Noël ? Qu’est-ce qu’un vrai communiste ? Une petite fille peut-elle devenir Iouri Gagarine ? Et pourquoi Constantza, qui a de la famille en Grèce, a-t-elle de vraies Barbie au lieu des jouets habituels ?

Ces questions, et mille autres à leur suite, la narratrice de Les Cosmonautes ne font que passer, le premier roman très autobiographique d’Elitza Gueorguieva, ne cesse de se les poser. Avec une fausse naïveté mais un vrai sens de la dérision, Elitza Gueorguieva replonge dans son enfance pour raconter la vie en Bulgarie dans les années qui ont précédé la Chute du Mur, et celles qui ont directement suivi.… Lire la suite

Continuer de Laurent Mauvignier

continuer - mauvignier - kirghizistan_1600x605_panoramique

Au départ, il y a un réveil brutal. Émergeant de leurs tentes igloo plantées dans la terre rocailleuse des montagnes du Kirghizistan, Samuel et Sibylle se retrouvent face à un groupe d’hommes des plus menaçants. La mère et le fils remballent toutes leurs affaires à la hâte, espérant qu’une fois montés sur leurs chevaux, ils pourront échapper aux regards et aux questions pressantes de ces inconnus aux intentions douteuses.

Au départ, donc, on est en terre tout à fait inconnue. Le Kirghizistan, qu’on essaye de placer vite fait sur une carte mentale – sans doute pas bien loin des autres pays en -stan, pas très loin de la Chine non plus, voilà -, qu’on essaye de visualiser – ça doit être pelé, des montagnes abruptes et des glaciers, bon -, c’est le dépaysement assuré.… Lire la suite

L’innocent de Christophe Donner

l'innocent-donner-serpent

Voici Christophe. Christophe est fils de grands bourgeois, avec une maman psychanalyste qui aime bien mettre son fils sur le divan et faire avec lui des sorties hautement culturelles pour faire de lui un petit singe savant. Christophe va bien, jusqu’à un certain point. Il adore sa mère, comme une sainte ou un ange. Puis vient l’adolescence.

L’adolescence, et son cortège d’émois. Maman n’est plus tout à fait la même personne, et Christophe s’en détache d’ailleurs presque totalement, ainsi que de son père qui ne le comprend guère. Christophe découvre les joies de la masturbation, et s’y adonne à chaque fois qu’il en a l’occasion, jusqu’à dix fois par jour si ce n’est plus.… Lire la suite

Anguille sous roche d’Ali Zamir

anguille sous roche - ali zamir - grand trip

Privilégié, pour une fois, je lis un texte bien avant sa sortie en librairies. C’est que Frédéric Martin et ses collaborateurs du Tripode croient tellement à Anguille sous roche, premier roman du Comorien Ali Zamir, qu’ils ont imaginé rien que pour lui un dispositif promotionnel tout neuf, le Grand Trip. Pour une somme tout à fait modique, les participants à cette opération recevront en 2016 deux romans du Tripode en avant-première. Anguille sous roche est le premier, donnant lieu à un tirage spécifique, reçu en mars pour une sortie en librairies en septembre.  Une belle idée qui met les lecteurs fidèles au coeur de la démarche du Tripode, et permet d’espérer, du côté de ma maison d’édition, un bouche à oreille favorable avant même la sortie du livre.… Lire la suite

La Maison dans laquelle de Mariam Petrosyan

La Maison Dans Laquelle - mariam petrosyan - dos

Car la Maison exige une forme d’attachement mêlé d’inquiétude. Du mystère. Du respect et de la vénération. Elle accueille ou elle rejette, gratifie ou dépouille, inspire aussi bien des contes que des cauchemars, tue, fait vieillir, donne des ailes… C’est une divinité puissante et capricieuse, et s’il y a bien quelque chose qu’elle n’aime pas, c’est qu’on cherche à la simplifier avec des mots. Ce genre de comportements se paie toujours. Voilà, maintenant que vous êtes prévenus, on peut continuer à discuter.

Je le paierai, cet article, puisque je m’apprête à essayer de mettre en mots cette Maison dans laquelle dont je viens tout juste de sortir, encore incertain quant à ce que j’y ai découvert, encore mal assuré quant à la façon de l’expliquer à ceux qui n’ont pas fréquenté ses couloirs obscurs.… Lire la suite

Le Cahier noir d’Olivier Py

cahier noir olivier py 1

Qui n’a pas écrit un petit quelque chose entre quinze et dix-huit ans ? Une poignée de poèmes jetés au fond d’un tiroir, une nouvelle hâtive couchée sur quelques feuillets volants, une pièce de théâtre pour les plus ambitieux… On retrouve généralement ces oeuvres de jeunesse des années plus tard, un peu honteux, et après avoir hoqueté un rire attendri pour la personne qu’on était autrefois, on les bazarde sans guère de scrupules. Mais pas Olivier Py. Lui, de ses écrits de jeunesse, a sauvé un petit roman, écrit l’année de ses dix-sept ans avec une énergie et une intensité peu communes dans un cahier noir.… Lire la suite

Faber, le Destructeur de Tristan Garcia

Surhomme

Dès le titre, un paradoxe : le nom du héros, Faber, « celui qui fait, qui fabrique, qui construit » ; sous-titré le Destructeur. Celui qui crée et qui détruit, qui donne et qui reprend : un démiurge, ce Mehdi Faber qui a fait les 400 coups dans la petite ville de Mornay avec Madeleine et Basile, qu’il a sortis de leur condition de têtes de turcs à l’école primaire, et qu’il a abandonnés à la sortie du lycée après une série d’événements dramatiques au cours desquels il a laissé éclater toute la violence qu’il contenait en lui. 15 ans plus tard, ses deux anciens amis vont le repêcher dans son refuge d’ermite au fin fond des Pyrénées, lui disent qu’ils veulent l’aider alors qu’ils veulent l’enfoncer encore plus bas, enfin faire disparaître l’emprise qu’il exerce sur eux et leurs souvenirs.… Lire la suite

Price de Steve Tesich

holden-caulfields-new-york-a-catcher-in-the-rye-trip

On a découvert Steve Tesich il y a deux ans, lorsque les éditions Monsieur Toussaint Louverture ont propulsé Karoo, immense roman publié au début des années 90, juste avant la mort de l’auteur, sur le devant de la scène. Fort de ce succès-surprise, la petite mais indispensable maison d’édition publiait cet automne Price, le premier roman de Tesich.

Ce hasard du calendrier éditorial nous force ainsi à lire l’oeuvre de Tesich à l’envers : le roman de la maturité avant l’oeuvre de jeunesse, le texte du crépuscule avant celui des grandes espérances. Il y a ainsi quelque chose de déstabilisant à découvrir dans Price une fraîcheur, une inspiration qu’on ne trouvait pas dans Karoo.… Lire la suite