Peau-en-poil d’Alain Galan

peau-en-poil - galan - sunderland museum 1913

 

« Que devient la vie après la mort ? »

C’est la question qui anime Lucas, alors encore jeune homme, lorsqu’il découvre les secrets de la taxidermie. Lui dont le plus fidèle compagnon fut, pendant son enfance, un geai apprivoisé qui trône maintenant, empaillé, dans la salle à manger familiale, a forcément un rapport particulier aux animaux et au vivant en général. Initié, l’année de ses seize ans, à « l’étrange magie » de cet artisanat pas comme les autres par l’homme qui a immortalisé son geai, Lucas se passionne pour les diverses techniques de tannage et de moulage nécessaires, entre autres, pour donner l’apparence de la vie à la dépouille d’un animal, pour ranimer la « peau-en-poil », terme qui désigne la peau et le pelage une fois qu’ils ont été séparés du corps de la bête.… Lire la suite

Watership Down de Richard Adams

watership down-rabbits - dessin animé

Aux éditions Monsieur Toussaint Louverture, non seulement on peut se vanter d’avoir un catalogue à peu près irréprochable, mais en plus, on sait comment allécher le lecteur à coups de teasers, d’extraits et d’aperçus des (toujours très belles) couvertures à venir. Il arrive même que ça marche trop bien puisque je n’ai pas pu résister à l’envie de lire Watership Down de Richard Adams dans sa version originale, avant même que sa nouvelle traduction soit publiée par l’éditeur bordelais le 15 septembre. Il faut dire, avec les arguments de cette brochure, comment résister ?

Me voilà donc parti à la découverte de ce best-seller mondial méconnu en France, qui a peut-être souffert d’une première traduction mal orientée, ou bien de son ambivalence – de son statut de roman d’aventure mettant en scène des petits lapins, qui n’a rien cependant d’un roman pour enfants… Car si les grandes lignes du récit – un groupe de héros décide de quitter sa garenne, pourtant fort bien organisée et hospitalière, suite au pressentiment funeste de Fiver (Fyveer dans la nouvelle traduction), le Cassandre de la bande, et afin de s’établir dans une prairie plus verte – ont tout du gentillet récit d’aventures animalières, il ne faut pas longtemps pour réaliser que Richard Adams s’adresse à un public tout ce qu’il y a de plus mature.… Lire la suite

La Peau de l’ours de Joy Sorman

ours

Dans le précédent roman de Joy Sorman, Comme une bête, il était question d’un garçon-boucher passionné par la sensualité cruelle de son métier, fasciné par la viande et le sang mais aussi par les animaux destinés à l’abattoir avec lesquels il entretenait une relation ambiguë, presque amoureuse. Au point de s’identifier à eux et de basculer dans une animalité oubliée. Comme une bête était un texte étonnant et détonant, loin d’être évident, mais dont se dégageait une force indéniable. Pour cette rentrée, Joy Sorman nous propose de faire le trajet inverse : après Pim, le boucher devenu bête, notre narrateur sera un ours un peu trop humain.… Lire la suite