Épépé de Ferenc Karinthy

brueghel - tour de babel - épépé

Alors qu’il monte dans l’avion qui doit l’emporter à Helsinki, où il se rend à un congrès de linguistes, Budaï ne peut guère imaginer qu’il se réveillera, quelques heures plus tard, dans un pays inconnu, qu’il se révèle incapable d’identifier, et où tous les habitants parlent une drôle de langue qui ne lui rappelle aucune de celles qu’il parle – lesquelles incluent tout de même le hongrois, l’anglais, le français, l’espagnol, l’allemand, pas mal de russe, d’italien, de latin, sans compter toutes celles qu’il baragouine plus ou moins.

Budaï s’est-il trompé d’avion, y a-t-il eu un malentendu, s’est-il présenté au mauvais terminal ?… Lire la suite

2084, la fin du monde de Boualem Sansal

big-brother-1984

En intitulant son dernier roman 2084, Boualem Sansal se place évidemment dans la lignée du 1984 de George Orwell. On s’attend naturellement à y trouver un univers dystopique dominé par un chef suprême tyrannique, et c’est effectivement le cas : le monde dans lequel évoluent Ati et Koa, les deux héros de 2084, se réduit à un immense pays, l’Abistan, gouverné par un être quasiment mythique, Abi, représentant sur terre du dieu Yölah.

Au programme : surveillance des masses, lavage de cerveau, injustices à volonté et purges régulières. Ati et Koa sont les premiers à flairer quelque chose de louche, et ils entament un périple qui les entraîne aux confins de Qodsabab, la capitale de l’Abistan, là où un ghetto rassemble les mécréants, fidèles de Balis – Satan, en gros -, puis dans les méandres de l’Abigouv où ils recherchent Nas, un ministre soudainement déchu pour sa mauvaise gestion d’une découverte archéologique.… Lire la suite

Choir d’Eric Chevillard

porte-enfer

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance ». Ainsi pourrait commencer notre voyage en l’île de Choir, s’il existait une porte pour y accéder, s’il y avait d’autres moyens d’y pénétrer que de s’écraser lourdement en avion – auquel cas il serait préférable de périr dans le crash afin d’éviter de rester coincé toute une vie sur ce petit crachat dans la mer, cette terre divisée entre étendues désertiques et marécages pestilentiels, dévorée par les punaises et isolée du reste du monde par une enceinte de rochers infranchissables.

Lire la suite