Rabbit, run (Coeur de lièvre) de John Updike

rabbit-run-illustration-lapin

Rien ne distingue plus Harry Angstrom de n’importe quel autre homme de son âge habitant Mount Judge, dans la banlieue de la ville de Brewer, en Pennsylvanie. A vingt-six ans, il se retrouve marié à Janice, qui le plus souvent l’indiffère, père d’un petit garçon et employé à des boulots stupides – le tout dernier consistant à faire du porte-à-porte pour vendre des « MagiPeeler », gadget dernier cri permettant d’éplucher ses légumes à toute vitesse.

Pourtant Harry a été quelqu’un. Au lycée, lorsque sa haute taille lui permettait de flotter au-dessus de la masse, il était connu comme un des meilleurs joueurs de basket de l’histoire de la ville ; surnommé « Rabbit », un surnom qui lui colle encore à la peau, on le pensait même promis à un bel avenir.… Lire la suite

La vie automatique de Christian Oster

la vie automatique - oster - illustration mécanique montre

Je m’intéresse davantage à ce qui va se passer, ai-je dit, quoique modérément, mais je m’y intéresse.

La phrase n’est pas anodine : quand le narrateur de la Vie automatique la prononce, il ne se doute en aucun cas que, dix pages plus loin, il aura mis fin à sa promenade du côté de la porte d’Orléans pour se rendre à Roissy, acheté un billet pour le Japon et pris place dans un avion pour suivre Charles, le fils de la vieille dame qui l’héberge depuis quelques jours. Ce qui va se passer, c’est l’énigme continuelle qui agite la Vie automatique, le dix-huitième roman de Christian Oster.… Lire la suite

Voyage au centre de Pierre Patrolin

voyage au centre - illustration, centre de la terre (schéma)

Depuis la Montée des cendres en 2013, j’ai décidé que je suivrais Pierre Patrolin n’importe où. Que ce soit pour une traversée de la France à la nage – son premier roman -, pour une longue errance en voiture ou pour toute autre expédition qu’il voudrait mettre sur pied à l’avenir, je signe les yeux fermés. C’est dons sans la moindre hésitation, et sans même me renseigner sur le programme, que je l’ai accompagné pour ce nouveau Voyage au centre. Mais au centre de quoi, d’ailleurs?

C’est bien là toute la question car si la quatrième de couverture fait explicitement référence au centre de la terre – nous ramenant forcément à Jules Verne -, on se demande dès les premières pages par quel miracle on pourrait bien s’y rendre, dans la mesure où la silhouette qui nous sert de héros semble avoir bien du mal à dépasser le stade du réveil difficile et du café matinal.… Lire la suite