La Cité de l’indicible peur de Jean Ray

la cité de l'indicible peur - jean ray - illustration

La petite bourgade paisible d’Ingersham tremble. Curieusement, depuis que l’inspecteur Triggs y a pris sa retraite, il s’y passe des choses étranges. Des ombres passent, des miroirs deviennent trompeurs… Alors quand le propriétaires des Grands Magasins d’Ingersham décède brusquement, pratiquement dans les bras du mannequin de bois qui lui sert de compagne, Ingersham cède à la panique – autant que le légendaire flegme anglais le permet, du moins. De vieilles rumeurs ressuscitent : et si « ils » étaient revenus ? « Ils » ? Des spectres sans doute, qui profitent du brouillard persistant dans ce coin de l’Angleterre pour passer inaperçus.

On n’en saura guère plus, pendant longtemps, malgré l’enquête de Triggs, bien obligé de reprendre du service.… Lire la suite

Notre château d’Emmanuel Régniez

nicole-kidman-les-autres-notre-chateau

Ils sont deux, un frère et une sœur, à vivre dans cette espèce d’improbable manoir qu’ils appellent « Notre château ». Deux êtres absolument reclus, fusionnels, qui vivent quasiment en autarcie. Seule une sortie hebdomadaire leur est nécessaire – le jeudi après-midi, lui se rend à la librairie tandis qu’elle attend son retour.

Ils font bien vite peur, ces deux-là, avec leur amour manifestement incestueux, leur drôle de façon d’évoquer leurs parents – tantôt en leur fantasmant une vie bien plus remarquable qu’elle ne le fut, tantôt en manifestant tout le mépris du monde, tantôt en vouant un respect immodéré pour leurs livres préférés, Hamlet pour le père (signe, déjà, de relations père-fils compliquées !), Wuthering Heights pour la mère.… Lire la suite

Miniaturiste de Jessie Burton

phoebe's dollhouse friends

Peut-être êtes-vous présentement en train de préparer votre valise pour un départ en vacances imminent, et sans doute dans ce cas vous posez-vous la question ultime, terrible, qui peut engager des heures de réflexion et conditionner la réussite de vos vacances : celle des bouquins à emmener. Qui ne doivent pas être exagérément encombrants, mais avoir un bon rapport poids/nombre de pages, pouvoir se lire dans des moments de concentration flottante tout en étant capables de vous accrocher tout au long d’une après-midi ensoleillée, vous vider un peu la tête tout en restant un minimum stimulants, sinon vous achèteriez Closer à la gare et vous ne seriez pas là à vous poser ce genre de questions.… Lire la suite

BD : Chambres noires d’Olivier Bleys et Yomgui Dumont

710_P7

La famille Pénouquet a une drôle de façon de gagner sa croûte : la fille, Ninon, est médium et permet à ses clients, avec plus ou moins de bonheur, d’entrer en contact avec des esprits. A la fin de la séance, son frère Lazare, féru de photographie, une technique qui vient d’être inventée, et amateur de trucages, propose aux crédules d’être immortalisés avec les spectres de leurs chers défunts. Ces petites arnaques permettent de nourrir toute la tribu : des faux jumeaux adoptés, une petite orpheline muette, le père Pénouquet, l’oncle Arsène et son compagnon venu de Conchinchine, Gang Li Cheng.… Lire la suite

Le Masque de la mort rouge, un film de Roger Corman

masque_of_red_death_poster_02

De 1961 à 1964, Roger Corman a réalisé pas moins de huit adaptations de nouvelles d’Edgar Allan Poe, comprenant entre autres le Corbeau, Ligeia ou la Chute de la maison Usher. Parmi les nouvelles adaptées, celle qui me semblait avoir le potentiel le plus grand pour une adaptation cinématographique est bien le Masque de la mort rouge, avec ses longues descriptions des salles colorées que le prince Prospero fait aménager pour le plaisir de ses invités et le final dont le cadre est un bal costumé. Corman semble être du même avis et, s’il ne fait pas grand cas de l’enfilade de salles colorées – qu’on traverse cependant à plusieurs reprises, le film est une véritable débauche de costumes kitsch à souhait et un pur régal visuel.… Lire la suite