La Maison des épreuves de Jason Hrivnak

la maison des epreuves - oedipe et le sphinx de gustave moreau detail

Il y a quinze ans, Claro permettait au lectorat français d’accéder au roman la Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski, déjà auréolé alors d’un statut d’oeuvre-culte. Claro, qui s’était certes déjà fait un nom aussi bien pour ses traductions que pour ses propres romans, garde depuis une certaine aura qui explique qu’il soit à ma connaissance un de seuls traducteurs français-anglais suivi de près par certains lecteurs – dont je fais partie – , là où tant de traducteurs restent anonymes.

Pas étonnant donc que Claro suscite à nouveau l’intérêt lorsqu’il propose aux Editions de l’Ogre sa traduction de la Maison des épreuves.… Lire la suite

Malicroix d’Henri Bosco

scooby-doo - malicroix - bosco

De mon grand-oncle Malicroix je n’attendais rien. D’ailleurs, jamais personne n’avait rien attendu de lui. Nul ne l’avait rencontré depuis un demi-siècle. Terré en Camargue sur ses maigres terres, il incarnait pour nous la sauvagerie même. Ni bon, ni méchant, mais seul; c’est-à-dire inquiétant et peut-être terrible. Toutefois, séparés de lui par ce demi siècle d’absence sans rupture, nous n’avions jamais éprouvé la malfaisance de ces qualités redoutables dont notre imagination le parait. Il nous ignorait avec une sorte de mépris. Très magnifiquement il s’appelait Cornélius de Malicroix, et il était pauvre. Du moins on le disait. Son train de vie au milieu des étangs, en compagnie de quelques pâtres aussi durs et aussi sauvages que lui, pouvait le laisser croire, et on le croyait; car riche, eût-il vécu de cette vie farouche, et chichement, dans ce pays de la tristesse?

Lire la suite

Notre château d’Emmanuel Régniez

nicole-kidman-les-autres-notre-chateau

Ils sont deux, un frère et une sœur, à vivre dans cette espèce d’improbable manoir qu’ils appellent « Notre château ». Deux êtres absolument reclus, fusionnels, qui vivent quasiment en autarcie. Seule une sortie hebdomadaire leur est nécessaire – le jeudi après-midi, lui se rend à la librairie tandis qu’elle attend son retour.

Ils font bien vite peur, ces deux-là, avec leur amour manifestement incestueux, leur drôle de façon d’évoquer leurs parents – tantôt en leur fantasmant une vie bien plus remarquable qu’elle ne le fut, tantôt en manifestant tout le mépris du monde, tantôt en vouant un respect immodéré pour leurs livres préférés, Hamlet pour le père (signe, déjà, de relations père-fils compliquées !), Wuthering Heights pour la mère.… Lire la suite