La Fille aux yeux d’or d’Honoré de Balzac

Gustav+Klimt+-+Adele+Bloch-Bauer+I+1907+-+Austrian+Gallery+Vienna+

Mieux vaut tard que jamais : on l’a, ce roman promis dans la préface de Ferragus, premier tome de l’Histoire des Treize que vient clore la Fille aux yeux d’or. Certes, les Treize en question restent encore une fois en retrait, mais admettons, c’est une société vraiment très, très secrète. Peu importe : la Fille aux Yeux d’or nous propulse dans une intrigue follement romanesque dont le héros est un personnage que l’on croisera régulièrement dans la Comédie Humaine, Henri de Marsay. Frappé par la foudre lorsqu’il croise une mystérieuse inconnue aux yeux de chat ou de serpent, de Marsay va tout entreprendre pour l’identifier puis la faire sienne, au péril de sa vie peut-être puisque cette fille aux yeux d’or est gardée comme un précieux trésor dans ce qui semble être une forteresse imprenable au coeur même de Paris. Lire la suite

La Duchesse de Langeais d’Honoré de Balzac

duchesse de langrais 1941

Qui sont donc les Treize, cette société secrète déjà entraperçue dans Ferragus et qui donnent leur nom à ce que Balzac concevait comme une trilogie ? « Assez forts pour se mettre au-dessus de toutes les lois, assez hardis pour tout entreprendre, et assez heureux pour avoir presque toujours réussi dans leurs desseins », ils sont surtout des as de la discrétion : même dans les romans qui leur sont consacrés, ils n’apparaissent guère…

Voyez plutôt l’histoire de la Duchesse de Langeais, deuxième volume de cette trilogie : M. De Montriveau, fascinant personnage revenu de tout, officier glorieux de l’armée napoléonienne, explorateur des coins les plus reculés de l’Afrique, s’éprend d’Antoinette de Langeais, une duchesse dont l’esprit et la beauté sont loués dans tout Paris.… Lire la suite

Ferragus d’Honoré de Balzac

Paris: Point Neuf and Pont des Arts 1824 by Frederick Nash 1782-1856

Balzac est encore au tout début de son oeuvre de romancier lorsqu’il entame en 1833 l’Histoire des Treize, projet de cycle romanesque initié par Ferragus. L’idée d’écrire une Comédie humaine ne prendra forme que l’année suivante, plus ou moins en même temps que la rédaction du Père Goriot. Pour l’instant, Balzac n’a pas l’ambition de « faire concurrence à l’état-civil », il n’a pas encore l’idée du retour systématique des personnages et il s’est surtout illustré par de courts romans plutôt fantasques comme la Peau de chagrin.  Fort de sa réputation de conteur hors-pair, et délaissant un instant la veine réaliste annoncée par les récents Eugénie Grandet ou le Colonel Chabert, Balzac se lance dans une sorte de roman noir feuilletonnant, tiraillé entre réalisme et fantastique.… Lire la suite