La Théorie de l’information d’Aurélien Bellanger

data center

A la rentrée 2012, la Théorie de l’Information était le premier roman qu’il fallait absolument lire. Aurélien Bellanger, 32 ans à l’époque, ne s’était jusque là fait remarquer que pour un essai sur Houellebecq, et les comparaisons avec celui-ci pleuvaient. A l’exception d’une poignée de voix qui jugeaient le roman trop technique, les louanges étaient unanimes. De mon côté, je me demandais en quoi l’histoire de Xavier Niel, patron de Free – rebaptisé pour l’occasion Pascal Ertanger – pouvait m’intéresser. Plus tard, le relooking très germano-pratin de Belanger pour la rentrée 2014 avait fini de me convaincre qu’il s’agissait avant tout d’une histoire de marketing… Mais à l’occasion de la sortie en poche de la Théorie de l’information, je me suis tout de même dit qu’il était temps de me faire un avis plus sûr.… Lire la suite

Fonds perdus de Thomas Pynchon

Aujourd’hui est un grand jour puisqu’une malédiction vient d’être brisée : n’écoutant que mon courage, je suis venu à bout des 400 pages de Fonds Perdus, terminant par la même occasion mon premier Thomas Pynchon. C’est la fin d’une longue série noire qui m’a vu baisser les bras face à V. (trois fois dont deux en anglais), The Crying of lot 49, Mason & Dixon, Contre-Jour et L’Arc-en-ciel de la gravité.

lemon

En suis-je fier ? Un peu. Est-ce que j’ai aimé ça ? Pas vraiment. Est-ce que je recommencerai ? J’en doute. Est-ce que je suis plus avancé maintenant ?… Lire la suite

L’Ordinateur du paradis de Benoît Duteurtre

passe moi l'ciel

Cher jury du prix Goncourt,

Cette année j’ai décidé de me lancer un petit défi pour pimenter ma rentrée littéraire : lire les 15 romans figurant dans ta première sélection. Je me doutais bien que ce ne serait pas facile : vu la tronche qu’ont certains lauréats des années passées, il était évident que parmi les nommés se trouveraient quelques romans à peine dignes de caler une commode branlante. Jusque-là, j’ai certes un peu pesté, je me suis ennuyé poliment parfois, mais je dois reconnaître que tu as fait un ou deux choix assez audacieux qui m’ont ravi. Mais cette fois, jury, il va falloir que tu m’expliques.… Lire la suite