Les Annales de Brekkukot d’Halldór Laxness

brekkukot

Au début du XXe siècle, Reikjavík, capitale de l’Islande, n’est encore qu’une bourgade de quelques milliers d’habitants entourée par une banlieue faite des cabanes des pêcheurs de lompe et des fermes qui fournissent le pays entier en tourbe. C’est dans une de celles-ci, à Brekukkot, qu’une femme de passage donne naissance à Álfgrímur, qu’elle confie aussitôt aux propriétaires des lieux, un vieux couple charitable qui accueille volontiers tout ce que l’Islande compte de voyageurs, de miséreux et d’illuminés.

Álfgrímur grandit parmi ceux-ci, sous le regard sec mais bienveillant de ceux qu’il considère comme ses grands-parents. Plus tard, il ne désire que la plus simple des choses : devenir pêcheur de lompe.… Lire la suite

Le Paradis retrouvé d’Halldór Laxness

Suite à ma découverte d’Halldór Laxness (voir l’article d’hier sur la Cloche d’Islande), j’ai emprunté un de ses romans plus tardifs, postérieur à son obtention du Nobel, Le Paradis retrouvé. Avant de parler du roman lui-même, une remarque en aparté qui viendra compléter mon regret de ne pas voir plus des oeuvres de cet auteur éditées en France : la traduction qui nous est proposée par Gallimard n’a pas pour langue source l’islandais mais l’anglais. Nous sommes donc en présence de la traduction d’une traduction,  procédé il faut l’avouer assez douteux même si l’on pourra dire en clichetonnant un peu que même sans langue intermédiaire, traduire c’est trahir.… Lire la suite

La Cloche d’Islande d’Halldór Laxness

maxresdefault

Halldór Laxness fait partie des prix Nobel un peu trop vite oubliés en dehors de son pays, faute de rééditions – voire d’éditions tout court – de ses oeuvres en français. A l’heure où la littérature scandinave est de plus en plus mise en avant – surtout par le biais du polar, certes – redécouvrir un de ses plus beaux porte-parole s’impose.

Ma première rencontre avec Laxness s’est faite au travers de la Cloche d’Islande. Très grand roman, profondément politique, publié dans les années 1940 alors que l’Islande est sur le point d’obtenir son indépendance, et qui revient sur une des périodes les plus sombres de la « longue nuit » Islandaise (pendant laquelle l’île se trouve sous domination danoise) au début du XVIIIe siècle.

Lire la suite