L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage d’Haruki Murakami

Keith haring

En refermant le troisième et dernier tome d’1Q84, je me suis dit qu’il me faudrait un moment avant de rouvrir un livre de Murakami. Alors que j’avais grandement apprécié la Course au mouton sauvage ou les Chroniques de l’oiseau à ressort, cette trilogie qui traînait en longueur, remplie d’incohérences et de pistes abandonnées en cours de route, m’a plutôt dégoûté des visions oniriques du plus célèbres des écrivains contemporains du Japon.

Puis, sachant que ce serait une toute autre affaire, je me suis laissé tenter par Underground, son excellent travail autour des attentats au gaz sarin dans le métro de Tokyo.… Lire la suite

Underground de Haruki Murakami

metro tokyo

Le 20 mars 1995 reste dans la mémoire de tous les Japonais pour être le jour où le pays a connu le plus grave attentat depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Entre sept et huit heures du matin, 5 membres de la secte Aum répandent dans autant de rames du métro de Tokyo du gaz sarin, contenu à l’état liquide dans des petites poches qu’ils laissent tomber discrètement sur le sol avant de les percer avec la pointe de leurs parapluies. Ce gaz, dont la composition chimique est proche de certains pesticides, est environ 500 fois plus toxique que le cyanure.… Lire la suite

La Cravate de Milena Michiko Flašar

tokyo03

Milena Michiko Flašar est une jeune auteure autrichienne d’origine japonaise, ce qui explique sans doute qu’elle ait choisi de placer l’histoire de la Cravate au Japon, même si elle aurait pu se dérouler n’importe où dans le monde. Une des particularités du japonais est cependant qu’il possède un mot pour désigner une catégorie de personnes un peu particulière, des jeunes gens qui se cloîtrent dans leur chambre d’enfance, refusant toute communication : hikikomori. Une affection psychologique pratiquement propre au Japon, et dont le narrateur sort tout juste, lui qui, à vingt ans, vient de passer deux ans dans sa chambre sans dire un mot.… Lire la suite

Le Convoi de l’eau d’Akira Yoshimura

800px-Itsukushima_torii_distance

Sur les bords de la rivière K, un hameau va être englouti par un lac artificiel nécessaire à l’alimentation d’une centrale hydroélectrique. Le village, de tous temps, est resté coupé du monde et n’a été découvert qu’une fois le projet de barrage lancé. Il abrite une poignée d’habitants qui vivent dans des maisons couvertes de mousse, en autarcie, et selon des traditions perdues depuis longtemps. Qui se souciera donc de ces quelques âmes forcées à l’exil ? Personne, excepté peut-être un des ouvriers envoyés sur place pour réaliser les premiers les premiers travaux : sondage du sous-sol, creusement de tunnels à la dynamite. … Lire la suite