Monologues de la boue de Colette Mazabrard

Photo de Raymond Depardon - monologues de la boue

Nuit. Passé le village des sources de la Saône, évité l’orage. Les vachettes broutent et pètent. Un chevreuil, lui aussi, vient paître l’herbe épaisse. Les tiges poussent. Les nuages préparent la pluie.

Dans la forêt, tu déranges la belette à la blanche poitrine.

La pluie redonne à la forêt sa sombre lumière calme, la compagnie retrouvée des limages. Lecture à l’abri, sur le banc de pierre de la chapelle à la Vierge bleue.

Entre le Pas-de-Calais et la Belgique, entre Verdun et Commercy,  entre Oviedo et Saint-Jacques de Compostelle, une femme marche. Sans réel but, sans réelle motivation. Trois marches pour trois saisons – trois étés successifs- qui, à chaque fois, projettent cette femme dans les marges.… Lire la suite