Danse d’atomes d’or d’Olivier Liron

danse-datomes-dor-jeu-du-post-it-inglorious-basterds

Quand O. rencontre Loren, il sait d’emblée que leur histoire sera, d’une manière ou d’une autre, de celles qui ne laissent pas indemne. Il n’est pas franchement à son avantage lorsqu’elle débarque dans une soirée qu’il passe chez des amis, en plein milieu d’une partie de jeu du post-it – si ça ne vous dit rien, pensez à cette scène d’Inglorious Basterds, où chacun doit deviner l’identité du personnage dont le nom est écrit sur une carte que l’on colle sur le front. Il a presque l’air crétin avec son post-it au nom d’Orphée collé sur le sien ; et il ne comprend même pas que Loren lui donne un indice en se collant elle-même un post-it au nom d’Eurydice.… Lire la suite

Les Groseilles de novembre d’Andrus Kivirähk

groseilles-de-novembre-kivirahk-couverturecomplete-dubois

Si vous avez lu l’Homme qui savait la langue des serpents d’Andrus Kivirähk, il est fort probable que vous ayez l’espace d’un instant considéré de passer vos prochaines vacances en Estonie, d’entreprendre un master sur la littérature balte ou d’acheter la méthode Assimil pour apprendre la langue de Kivirähk. Le master excepté, je n’ai pour ma part pas totalement renoncé à ces projets. Mais en attendant de m’y coller pour de bon, je me suis dit qu’il fallait surtout que je lise les Groseilles de novembre, le second roman de Kivirähk publié par le Tripode et considéré nous dit-on comme un des meilleurs parmi la trentaine d’ouvrages qu’il a publiés.… Lire la suite

Le Caillou de Sigolène Vinson

abeille2

Un caillou, c’est ce que voudrait devenir la narratrice du roman de Ségolène Vinson. Pour ne plus rien sentir, pour ne plus subir le passage du temps, pour enfin cesser de s’ennuyer. Elle qui a été enseignante un temps se laisse aller depuis qu’elle a pris la décision de démissionner. Comme allergique au contact humain, elle se solidifie peu à peu chez elle.

Jusqu’à sa rencontre avec Monsieur Bernard, un drôle de vieillard qui vit au-dessus de chez elle. Rapprochement rapide entre deux êtres plus très adaptés à la vie. Monsieur Bernard occupe sa retraite à sculpter. Il est convaincu que la narratrice pourra être le modèle de son chef d’oeuvre.… Lire la suite

L’Homme qui savait la langue des serpents d’Andrus Kivirähk

vipère bestiaire médiéval - l'homme qui savait la langue des serpents

Il y a fort longtemps, dans les forêts d’Estonie, les hommes et les animaux vivaient en harmonie. La langue des serpents, comprise par tous, servait de dialecte commun. Les hommes n’avaient qu’à siffler pour se faire comprendre des ours, des cerfs et des vipères. Quelques mots suffisaient pour qu’un lièvre ou un élan accoure auprès d’un homme et se laisse tuer pour lui servir de repas et, planant au-dessus de cet immense paradis terrestre, la Salamandre, un reptile légendaire « vaste comme la forêt », protégeait tous les Estoniens.

Les habitants de la forêt vivaient en autarcie, sans être troublés par la course du monde.… Lire la suite