Brooklyn de Colm Tóibín

brooklyn-bridge

Début des années 50. Eilis Lacey, fille cadette d’une modeste famille installée dans une ville moyenne d’Irlande, a bien du mal à trouver du travail. Ce n’est faute ni de chercher, ni de qualifications, mais les bonnes places sont rares. Lorsque le père Flood, vieil ami de la famille, revient des Etats-Unis pour quelques semaines, sa mère et sa soeur s’entendent : Eilis doit partir à New-York, où elle a plus de chances de réussir sa vie qu’en restant en Irlande. Le père Flood lui promet tout à la fois un travail dans un grand magasin et un toit, chez Mme Kehoe, une femme austère mais bienveillante.… Lire la suite

[Playlist] City on fire de Garth Risk Hallberg

cbgb - city on fire

Je vous ai parlé l’autre jour de l’imposant premier roman de Garth Risk Hallberg, le fameux City on fire, mais il y a une chose que je n’ai pas évoquée dans mon billet et qui est pourtant omniprésente tout au long de ses mille pages : la musique. Rien de plus logique puisque l’intrigue propose de plonger dans les bas-fonds de New-York dans les années 70, et notamment dans les milieux qui voient naître la scène punk, dont le célèbre CBGB où jouent Patti Smith, Television, les Ramones et bien d’autres.

Bien avant l’arrivée du punk, ça commence par Bowie et Ziggy Stardust, en 1972, cité à de nombreuses reprises, car un des personnages (Charles) en est fou.… Lire la suite

City on fire de Garth Risk Hallberg

Macy's 4th of July fireworks 2010, New York City - City on fire

City on fire est arrivé en janvier sur les tables des libraires accompagné du pire argument promotionnel qui soit : s’il fallait absolument se faire un avis sur le roman de Garth Risk Hallberg, c’était avant tout parce qu’il s’agissait du premier roman le plus cher de l’histoire. Une anecdote bien prometteuse pour la presse qui s’est empressée de raconter la lutte féroce entre les éditeurs qui voulaient absolument cette pépite, montant les enchères jusqu’à deux millions de dollars avant même qu’une page soit écrite – le tout faisant passer le roman lui-même au second plan.

L’approche avait de quoi rebuter, et il a fallu, pour finalement piquer ma curiosité, que je lise une interview de l’auteur (dans le Monde ou le Figaro littéraire, je ne sais plus).… Lire la suite

Fan man de William Kotzwinkle

fan man- big lebowski

L’autre jour, mec, j’étais dans ma turne, je cherchais à attraper un bouquin sans faire tomber une des piles venues tout droit de la bibliothèque, je passe tout en revue, mec, Chevillard Franzen Balzac Oates, Kotzwinkle ouais mec, pourquoi pas, c’est Pharefelue qui me l’a recommandé, j’attaque, je plonge, terrible, mec, tout de suite je sens AAAAAAUUUUUUUUUUMMMMMM que la musique du Fan Man s’accorde à la note de mon dalaï-lama intérieur, je suis barré loin, mec, comme si j’avais fumé une bonne dose de papaye médicinale cultivée par des paysannes virginales des hauts plateaux afghans. Un sacré voyage, mec.

Si le style de cet affligeant pastiche (on fait ce qu’on peut) vous crispe (mec), sachez que vous n’êtes pas faits pour Fan Man.… Lire la suite