D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

misery-1990-rob-reiner-12268-MLM20057626114_032014-F

Delphine de Vigan a eu fort à faire en 2011. Non seulement le roman qu’elle a consacré à sa mère s’est vendu à 800.000 exemplaires, mais elle a de plus reçu le prix Fnac du roman, le prix Renaudot des lycéens et le prix des lectrices Elle. A la clé, une tournée promotionnelle interminable et un nombre incalculable d’interviews, dédicaces et rencontres avec des lecteurs. De quoi lessiver n’importe qui.

Une fois le tourbillon un peu calmé, reste à se poser une question, celle que lui posaient presque tout les lecteurs : « que peut-on écrire après ça ? » C’est là qu’entre en scène L., une jeune femme rencontrée à une soirée chez des amis, dont l’admiration pour l’auteure est d’abord suffisamment flatteuse pour cimenter une amitié naissante, avant de devenir légèrement menaçante…

Lire la suite

Le Fémur de Rimbaud de Franz Bartelt

Image - antiquaire

Majésu Monroe est antiquaire. Pas du genre brocanteur à la petite semaine, non, plutôt du genre à vendre des objets rarissimes, voire absolument uniques. Du tube digestif de Pantagruel au cure-dents de Landru en passant par des bocaux (étanches) contenant la vérole de Musset ou une chaussette trouée ayant appartenu à Arthur Rimbaud, Majésu a tout, pourvu qu’on veuille bien croire à son boniment.

Majésu rencontre un jour Noème, fille unique de deux aristocrates pleins aux as contre qui elle s’est révoltée à l’aube de son adolescence. Rejetant complètement le modèle parental, Noème veut être aussi pauvre que ses parents sont riches, et aussi communiste que ses parents sont capitalistes.… Lire la suite

Rom@ de Stéphane Audeguy

caesar III

Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome
Et rien de Rome en Rome n’aperçois,
Ces vieux palais, ces vieux arcs que tu vois,
Et ces vieux murs, c’est ce que Rome on nomme.

Vois quel orgueil, quelle ruine : et comme
Celle qui mit le monde sous ses lois,
Pour dompter tout, se dompta quelquefois,
Et devint proie au temps, qui tout consomme.

Cinq siècles après du Bellay, Rome continue de mourir. Stéphane Audeguy lui prête sa voix dans Rom@, et exprime l’agonie de la Ville qui, désespérément Eternelle, ne peut jamais tout à fait reposer en paix. De sa fondation à son présent en passant par la période fasciste ou son grand incendie, Rome nous parle, se joue du temps et de l’espace, mais finit toujours par revenir à un mystère qui l’habite et la duplique : Rom@, un jeu vidéo plus vrai que nature qui transporte ses joueurs dans la Rome Antique, celle de Constantin, avec un réalisme tel que les frontières entre le virtuel et le tangible se brouillent.… Lire la suite

10:04 de Ben Lerner

retour vers le futur foudre

« The Hassidim tell a story about the world to come that says everything there will be just as it is here. Just as our room is now, so it will be in the world to come; where our baby sleeps now, there too it will sleep in the other world. And the clothes we wear in this world, those too we will wear there. Everything will be as it is now, just a little different. »

Ce monde « un peu différent », le narrateur de 10:04 en fait l’expérience au quotidien. Depuis peu, il sait mettre des mots dessus, grâce aux médecins qui ont repéré chez lui une forme légère du syndrome de Marfan.… Lire la suite

Karoo de Steve Tesich

reflektor AF

Relire est souvent un bonheur, mais c’est parfois un risque. Celui de découvrir que l’on s’est trompé, que l’on a changé, que notre appréciation de tel ou tel roman ne tenait qu’à l’humeur dans laquelle on était quand on l’a lu. Ce que l’on retient d’un roman tient toujours, forcément, du fantasme et de l’interprétation personnelle, mais devoir renoncer, après une relecture, à un roman que l’on a chéri, dont on pensait qu’il faisait partie de nous, est toujours un petit déchirement.

Au moment de relire Karoo, cependant, je n’avais aucune inquiétude. Il y a d’abord l’objet, un beau pavé à la couverture épaisse et au papier soyeux, soigneusement élaboré par les petites mains de chez Monsieur Toussaint Louverture, le genre d’éditeurs qu’on suivrait jusqu’au bout du monde tant chaque nouvelle publication ne fait que confirmer le bon goût et l’intelligence des choix de la maison.… Lire la suite