Terres lorraines & Jean Des Brebis d’Emile Moselly (double Prix Goncourt 1907)

terres lorraines - illustration - moisson début XXe siècle

Il n’aura fallu que cinq ans, cinq prix pour que nos dix jurés du Goncourt deviennent des experts de l’embrouille. C’est qu’il est contraignant, ce fichu testament d’Edmond ! Que l’on doive couronner un « ouvrage d’imagination en prose », passe encore ; que l’on privilégie la jeunesse, soit ; mais devoir, systématiquement, nommer un ouvrage paru dans l’année ? Voilà qui est pénible.

Car voilà qu’en 1907, les jurés du Goncourt tombent sur un recueil de nouvelles publié pour une première fois en 1904… Mais réédité par Plon en 1907. Ce recueil, Jean des Brebis ou le livre de la misère d’Emile Moselly, ne fait certes pas l’unanimité – il faut plus de tours de scrutin que d’habitude, et Moselly ne finit par l’emporter que par six voix sur dix.… Lire la suite

Malicroix d’Henri Bosco

scooby-doo - malicroix - bosco

De mon grand-oncle Malicroix je n’attendais rien. D’ailleurs, jamais personne n’avait rien attendu de lui. Nul ne l’avait rencontré depuis un demi-siècle. Terré en Camargue sur ses maigres terres, il incarnait pour nous la sauvagerie même. Ni bon, ni méchant, mais seul; c’est-à-dire inquiétant et peut-être terrible. Toutefois, séparés de lui par ce demi siècle d’absence sans rupture, nous n’avions jamais éprouvé la malfaisance de ces qualités redoutables dont notre imagination le parait. Il nous ignorait avec une sorte de mépris. Très magnifiquement il s’appelait Cornélius de Malicroix, et il était pauvre. Du moins on le disait. Son train de vie au milieu des étangs, en compagnie de quelques pâtres aussi durs et aussi sauvages que lui, pouvait le laisser croire, et on le croyait; car riche, eût-il vécu de cette vie farouche, et chichement, dans ce pays de la tristesse?

Lire la suite

Farigoule Bastard de Benoît Vincent

farigoule

Farigoule Bastard est le premier récit régionaliste mais dans le bon sens du terme.

Cet item, un parmi de très nombreux figurant dans une liste placée au beau milieu de Farigoule Bastard (dont « Farigoule Bastard est le premier récit picaresque de vioques » ou « Farigoule Bastard est le premier récit de voyage sur place ») m’a particulièrement fait sourire. Il est vrai que la littérature régionaliste n’a pas bonne presse, et que je ne penserais jamais à en lire. Pourtant, parmi les raisons pour lesquelles j’ai eu envie de lire Farigoule Bastard se trouve ce nom improbable, ce Farigoule, autre nom donné au thym en Provence, qui sent si bon mon sud natal.… Lire la suite