L’Invention de nos vies de Karine Tuil

delon plein soleil

La rentrée littéraire 2014 est bien entamée mais aujourd’hui est un jour un peu particulier puisque je viens de terminer le dernier livre de ma PAL de la rentrée… 2013. Curieusement, j’ai gardé pour la fin un des romans dont on a le plus entendu parler, nommé dans les shortlists de plusieurs prix et généralement encensé sur la blogosphère.  Rafraichissons tout de même les mémoires défaillantes : l’Invention de nos vies raconte l’histoire de Sam Tahar, musulman, né de parents algériens, qui pour réussir sa carrière d’avocat emprunte la personnalité et l’histoire d’un ami perdu de vue. Ainsi Sam ne sera plus Samir mais Samuel ; il se dira juif et pourra épouser la fille de Rahm Berg, une des plus grandes fortunes des Etats-Unis.… Lire la suite

La Vraie Vie de Kevin de Baptiste Rossi

live

C’est la rentrée à la télé aussi ; on commence à entendre parler du retour de Koh-Lanta après un hiatus dû à la mort d’un candidat, certains font des pronostics sur le futur vainqueur de Secret Story, et il y a sans doute tout un tas de nouveaux concepts de télé-réalité en embuscade, prêts à nous surprendre par leur aptitude toujours renouvelée à transformer les gens les plus banals en bêtes de foire. Il se pourrait même qu’on en regarde quelques minutes par-ci, par-là, à la sauvette, car même si on sait bien la télé-réalité fait appel à ce qu’il y a de pire en nous, quand on tombe sur une violente querelle entre Brandon et Keelyan, on a tendance à traîner un peu histoire de voir si l’un des deux va se prendre un transat dans la tronche… On ne s’en vantera pas, bien sûr.… Lire la suite

J’ai perdu tout ce que j’aimais de Sacha Sperling

less than zero

Vers dix-huit ou dix-neuf ans, j’ai eu une longue période Bret Easton Ellis. J’ai commencé, si je me souviens bien, par Moins que zéro, et j’ai tout lu dans la foulée, jusqu’à Lunar Park – son dernier, à ce moment-là. Lunar Park, l’apothéose, dans lequel Ellis revient sur tous ses romans précédents, sur ce qui les a nourris, jusqu’à se faire engloutir par les fantômes de ses propres fictions. Un roman brillant, que je tiens encore pour un des plus importants du début de notre siècle. Si à cette époque-là j’avais eu la prétention d’écrire un roman, secoué par cet auteur qui m’ouvrait les portes de la littérature américaine contemporaine, j’aurais sans doute fait un sous-Moins que zéro, plein de jeunes gens oisifs et blasés, de scènes de violence et de visions paranoïaques.… Lire la suite

Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

vignette_otto-dix-assaut-sous-les-gaz-1924

Le prochain qui fait un billet sur Au revoir là-haut, qu’il soit prévenu, je le dézingue dans les commentaires ; je n’en peux plus d’entendre parler de ce roman. Bientôt six mois que ça dure : et que je te parle du savoir-faire de l’auteur qui réussit brillamment à sortir de son polar habituel tout en conservant son efficacité, et que je loue la fabuleuse et révolutionnaire idée de parler non de la guerre de 14-18 mais de l’après-guerre et des gueules cassées (dites, la Chambre des officiers, ça vous rappelle rien ?), et que j’en rajoute une couche sur ce Goncourt 2014 qui extrait enfin ce prix de sa gangue d’élitisme poussiéreuse (alors que bon, les Goncourt 2011 et 2012 sont certes chiants à crever, mais élitistes, non, suffit), et que je termine en soulignant que là on tient, enfin, un vrai grand roman populaire.… Lire la suite

Les Saisons de Louveplaine de Cloé Korman

cerf

On a beaucoup entendu parler, à la rentrée 2013, d’une certaine communauté de pensée entre plusieurs romans évoquant la révolte. Il y avait le premier roman de Loïc Merle, l’Esprit de l’ivresse, les Renards Pâles de Yannick Haenel , plutôt médiocre, ou encore la Conjuration de Philippe Vasset qui proposait une forme de révolution atypique et réjouissante. Tous ces romans – et d’autres – semblaient marqués par le souvenir des émeutes des banlieues en 2005 mais, à l’exception du Loïc Merle, s’attachaient à les évoquer de loin, à ne pas rentrer dans leurs détails et surtout, à ne pas s’engager dans une analyse sociologique ou politique de ce qui a pu les motiver.… Lire la suite

Un paradis trompeur d’Henning Mankell

Lourenco-Marques-pc-c1905

Il paraît qu’Henning Mankell a écrit une excellente série de romans policiers, les Wallender. Il paraît aussi que son précédent roman, Les Chaussures italiennes, était un petit chef d’oeuvre. Mais moi, savoir qu’un auteur a écrit essentiellement des polars et, en bonus, un bouquin dont le titre pourrait être celui d’un article dans Elle, ça m’inquiète plus qu’autre chose. Alors, quand j’ai vu Un paradis trompeur parmi les nouveautés de ma bibliothèque, j’ai longuement hésité avant de me dire que, bon, au moins je saurais à quoi m’en tenir – il s’agit quand même de l’auteur suédois qui a le plus de succès à l’international, ça peut servir d’avoir un avis.… Lire la suite

Esprit d’hiver de Laura Kasischke

570-glace-et-banquise-WallFizz

Pour ma première lecture de 2014, je n’ai pas fait dans l’original : j’ai lu tout au long de l’automne une foule d’articles sur le dernier Laura Kasischke, qui allaient de la déclaration d’amour enflammée (beaucoup l’ont cité parmi les meilleurs romans de 2013) aux aveux de la plus totale incompréhension. Peut-être est-ce pour cette raison que j’ai eu l’impression de déjà tout connaître de cet Esprit d’hiver, de son atmosphère froide et inquiétante. Ou peut-être parce que tout est déjà dit dans la phrase qui trotte dans la tête de Holly lorsqu’elle se réveille le jour de Noël : Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusqu’à chez eux.… Lire la suite

10 romans pour 2013

platypus d'or

Le foie gras de Noël digéré et le champagne du jour de l’an éclusé, il est temps pour moi de suivre la plupart de mes camarades blogueurs en vous souhaitant, pour commencer, une excellente année 2014 et en vous proposant ensuite un petit retour sur l’année qui vient de s’écouler. Une année riche en littérature pour moi avec 166 livres au compteur et surtout l’ouverture de ce blog à la fin de l’année. J’ai également lu beaucoup plus de nouveautés qu’à mon habitude et j’ai découvert un grand nombre d’auteurs – grâce, en partie, à ma nouvelle manie de traîner sur un tas de blogs.… Lire la suite

Bérénice 34-44 d’Isabelle Stibbe

Comedie-francaise

Le plus difficile quand on est face aux tables du libraire, c’est de faire le tri dans les premiers romans. Largué, sans repères, on en est réduit à tester les auteurs bombardés « jeunes prodiges » par les médias spécialisés, et le résultat n’est pas souvent à la hauteur… Heureusement on peut compter sur certains blogueurs pour dénicher les perles rares, comme ce Bérénice dont je n’avais jamais entendu parler avant de lire l’article de Cunéipage , elle-même inspirée par Gilbert Collard (qui est donc de bon conseil parfois, ah bon).

Bérénice, c’est évidemment la tragédie de Racine. Quelques vers récités par un camarade soldat pendant la guerre de 14-18 donnent au père de la Bérénice du roman l’idée de donner ce prénom à sa fille.… Lire la suite

Monde sans oiseaux de Karin Serres

4009320466_9bcac068fc

Petite Boîte d’Os est venue au monde dans un petit village nordique, au bord d’un grand lac qui pourvoit à tous les besoins de la communauté mais peut se révéler meurtrier lorsque ses eaux montent. Elle grandit entre son père pasteur, sa mère attentionnée et son frère taquin jusqu’à la brutalité, trouve l’amour en la personne d’un ancien villageois revenu d’un voyage de plusieurs années, lui donne un petit garçon… Monde sans oiseaux est son histoire, de sa naissance à la fin de sa vie, et celle de son univers, proche du nôtre mais nimbé d’onirisme.

Lire la suite