Repose-toi sur moi de Serge Joncour

couple-dacrobates-repose-toi-sur-moi-joncour

Elle est styliste, elle est parisienne, très parisienne, et elle tente contre vents et marées de maintenir à flot sa petite entreprise et son couple, qui semble sur le point de sombrer. Il vient de la campagne, il est très grand et très fort, et il a quitté la ferme familiale après la mort de sa première femme pour venir exercer une métier ingrat à Paris. Ils sont voisins mais tout les oppose, si ce n’est qu’ils sont tous les deux paumés et déprimés. Et aussi qu’elle est belle, et qu’il est beau. Evidemment, ils vont se croiser. Au début ils se détestent, mais ils vont apprendre à se connaître.… Lire la suite

Escal-Vigor de Georges Eekhoud

saint sebastien

Parmi les bonnes raisons de lire Escal-Vigor de Georges Eekhoud, la première est certainement sa place un peu particulière dans l’histoire littéraire, puisque ce classique oublié fut le premier roman francophone (voire le premier roman tout court, mais mes sources semblent diverger) à intégrer au coeur de son intrigue l’homosexualité masculine (pour les femmes, ce fut d’après Guy Ducrey Mademoiselle Giraud ma femme d’Adolphe Belot, en 1870). Pour être plus précis, Escal-Vigor raconte la relation idéalisée entre deux hommes, Henry de Kehlmark, châtelain de l’Escal-Vigor, fraîchement revenu sur ses terres – situées dans une contrée imaginée, inspirée des Pays-Bas -, et Guidon Govaertz, fils du bourgmestre du cru.… Lire la suite

A qui la faute ? de Sophie Tolstoï

leon et sophie tolstoi

Suite à la publication en 1891 de la Sonate à Kreutzer, un court roman de son mari Léon dont je parlais il y a quelques jours, Sophie (ou Sofia) Tolstoï écrit son seul et unique roman : A qui la faute ? Celui-ci se veut une réponse au texte très pessimiste de Tolstoï et est construit en miroir par rapport à celui-ci : l’histoire est presque la même, celle d’un couple dont le mariage va se révéler désastreux, se concluant par la mort de l’épouse, malgré l’amour qui unissait au départ les deux conjoints. Mais si Tolstoï permettait au mari de livrer à la première personne sa vision de l’histoire, Sophie va plutôt adopter le point de vue de la femme, Anna.… Lire la suite