On ne voyait que le bonheur de Grégoire Delacourt

tchao pantin

D’un acteur comique qui se tourne soudain vers le drame, on dit généralement, avec pas mal de scepticisme, qu’il fait son Tchao Pantin. On regarde ça de loin, en attendant le plantage qui semble inévitable, parce qu’on aime bien que les gens évitent de sortir de leurs petites cases. En littérature, il est peut-être plus difficile encore d’échapper à une réputation : il n’y a qu’à voir une auteure aussi adulée que J.K. Rowling, qui se sent obligée de sortir des romans sous pseudonyme pour espérer obtenir un traitement un tant soit peu neutre, pour le comprendre. Il manque cependant à la littérature un archétype du virage à 180°, comme l’est Tchao Pantin pour le cinéma.… Lire la suite

L’Ordinateur du paradis de Benoît Duteurtre

passe moi l'ciel

Cher jury du prix Goncourt,

Cette année j’ai décidé de me lancer un petit défi pour pimenter ma rentrée littéraire : lire les 15 romans figurant dans ta première sélection. Je me doutais bien que ce ne serait pas facile : vu la tronche qu’ont certains lauréats des années passées, il était évident que parmi les nommés se trouveraient quelques romans à peine dignes de caler une commode branlante. Jusque-là, j’ai certes un peu pesté, je me suis ennuyé poliment parfois, mais je dois reconnaître que tu as fait un ou deux choix assez audacieux qui m’ont ravi. Mais cette fois, jury, il va falloir que tu m’expliques.… Lire la suite

Constellation d’Adrien Bosc

piaf cerdan

Il n’y a pas de mauvais sujet. D’accord. Il n’empêche que le sujet de Constellation ne m’inspirait guère confiance. Comment dire, l’histoire des 48 passagers de l’avion dans lequel Marcel Cerdan est mort alors qu’il allait rejoindre Edith Piaf à New York, ce n’est pas vraiment que ça ne m’intéresse pas, non, mais plus exactement je m’en bats l’oeil avec un gant de boxe. Mais voilà, bêtement, je me suis lancé cette année le défi de lire les 15 nommés au Goncourt – avec celui-ci, j’en suis à quatre et je sens déjà que je vais avoir du mal à arriver au bout.… Lire la suite

La Peau de l’ours de Joy Sorman

ours

Dans le précédent roman de Joy Sorman, Comme une bête, il était question d’un garçon-boucher passionné par la sensualité cruelle de son métier, fasciné par la viande et le sang mais aussi par les animaux destinés à l’abattoir avec lesquels il entretenait une relation ambiguë, presque amoureuse. Au point de s’identifier à eux et de basculer dans une animalité oubliée. Comme une bête était un texte étonnant et détonant, loin d’être évident, mais dont se dégageait une force indéniable. Pour cette rentrée, Joy Sorman nous propose de faire le trajet inverse : après Pim, le boucher devenu bête, notre narrateur sera un ours un peu trop humain.… Lire la suite

L’Amour et les forêts d’Eric Reinhardt

lady chatterley

Mon premier contact avec Eric Reinhardt date, comme pour beaucoup de lecteurs, de 2007, avec la parution de Cendrillon. C’était la première fois que je m’intéressais de près à la rentrée littéraire, je ne savais pas vraiment à quel saint me vouer – j’ai d’ailleurs lu pas mal de daubes cette année-là – et une ou deux bonnes critiques avaient suffi à me décider pour ce roman qu’on disait extrêmement dense et ambitieux, articulé autour de quatre personnages, tous des avatars de l’auteur, des représentations des trajets qu’il aurait pu suivre si son destin avait été légèrement différent. Je l’avais refermé perplexe, pas certain d’avoir lu un brillant exercice d’autofiction ou un navet vain et prétentieux.… Lire la suite

Tristesse de la terre d’Eric Vuillard

buffalo bill sitting bull

Tout le monde a déjà vu cette photo mettant en scène Sitting Bull et Buffalo Bill. Le cowboy, avec son stetson et son bandana caractéristiques, le torse bombé, semble dominer le chef sioux au regard bas et à l’air buté. L’image pourrait immortaliser une trêve entre deux combattants qui s’estiment, ou la signature d’un des nombreux traités privant les Indiens d’une partie de leurs terres. Il s’agit en réalité d’une simple photo promotionnelle pour le spectacle de Buffalo Bill, le Wild West Show, dans lequel Sitting Bull vient d’être engagé.

Car Buffalo Bill, bien que son nom soit un des plus célèbres du Far West, n’a jamais combattu le moindre Indien, si ce n’est dans une arène et avec des balles à blanc.… Lire la suite