Celui qui est digne d’être aimé d’Abdellah Taïa

Abdellah-Taia - celui qui est digne d'être aimé

Ahmed a 40 ans, et il a tout raté. Pourtant, il a longtemps cru que sa vie à Paris, son pedigree universitaire, sa vie sexuelle sans attaches étaient le signe de la plus grande des réussites. Mais quand sa mère meurt, au pays, et qu’il ne peut se rendre à son chevet, il réalise qu’il est temps de régler ses comptes. Avec sa mère, avec ses frères et soeurs, avec ses origines modestes et son sentiment de les avoir trahies, mais aussi avec son incapacité à se fixer qui le pousse à mentir aux hommes qu’il rencontre.

La vie d’Ahmed, nous la découvrirons à rebours, au gré d’une série de lettres échangées avec ses anciens amis et amants.… Lire la suite

Le Motel du voyeur de Gay Talese

judas - peeping hole - motel du voyeur illustration

En 1980, Gay Talese, déjà largement renommé pour son rôle dans l’émergence du nouveau journalisme et ses articles très littéraires dans les colonnes du New York Times ou d’Esquire, reçoit une lettre anonyme. L’expéditeur prétend être propriétaire d’un motel dans lequel une dizaine de chambres sont équipées de grilles d’aération factices qui permettent de voir sans être vu, et grâce auxquelles il observe depuis plus de dix ans les clients qui se succèdent, et leurs pratiques sexuelles.

Plus de trente ans plus tard, Gay Talese peut enfin publier le Motel du voyeur, un long récit sur cet homme qui, avec la complicité de sa femme, a épié au fil des années des centaines de couples.… Lire la suite

L’innocent de Christophe Donner

l'innocent-donner-serpent

Voici Christophe. Christophe est fils de grands bourgeois, avec une maman psychanalyste qui aime bien mettre son fils sur le divan et faire avec lui des sorties hautement culturelles pour faire de lui un petit singe savant. Christophe va bien, jusqu’à un certain point. Il adore sa mère, comme une sainte ou un ange. Puis vient l’adolescence.

L’adolescence, et son cortège d’émois. Maman n’est plus tout à fait la même personne, et Christophe s’en détache d’ailleurs presque totalement, ainsi que de son père qui ne le comprend guère. Christophe découvre les joies de la masturbation, et s’y adonne à chaque fois qu’il en a l’occasion, jusqu’à dix fois par jour si ce n’est plus.… Lire la suite

Je suis capable de tout de Frédéric Ciriez

je suis capable de tout - ciriez - plage cucul

Les yeux de Julie sont bleu sombre, caramélisés par des verres Tom Ford, et remuent à peine tandis qu’ils perçoivent vaguement la plage déserte au-delà de leur cible, sur fond d’horizon outremer, intense et scintillant. Le rivage de l’île du Levant apparaît ocre sous la fraîcheur en voie d’évaporation, ombré par endroits comme de longs cils par les pins parasols en arrière-plan.

Et tandis que Julie tourne paresseusement les pages de son passionnant guide de développement personnel, le beau Giacomo rôde à quelques pas de la plage naturiste sur laquelle elle se prélasse… La rencontre inévitable de Julie avec ce colosse bronzé dont la vie se partage entre la Sicile, la Suède et la France va faire des étincelles.… Lire la suite

Dispersez-vous, ralliez-vous ! de Philippe Djian

Je suis frigide pourquoi (1) - dispersez-vous ralliez-vous

J’ai découvert Philippe Djian avec Oh…, un curieux roman plein de vides sur une femme qui noue une relation amoureuse avec l’homme qui l’a violée. Sceptique face au style très sec de Djian, un brin gêné aussi par cette intrigue (dont l’adaptation au cinéma par Verhoeven, avec Isabelle Huppert, est sortie ces derniers jours), je n’étais guère allé plus loin. Je retrouve en ce début d’année Philippe Djian avec, à nouveau, un roman dont le personnage principal est une femme dont la vie amoureuse et sexuelle est au centre de l’attention.

Dans Dispersez-vous, ralliez-vous ! (le titre vient de Rimbaud, sans que cela semble avoir une quelconque incidence), on suit Myriam qui, à peine majeure, épouse Yann, la quarantaine, pour le plus grand désarroi de son père qui refuse de la revoir et la chasse.… Lire la suite

Le Cahier noir d’Olivier Py

cahier noir olivier py 1

Qui n’a pas écrit un petit quelque chose entre quinze et dix-huit ans ? Une poignée de poèmes jetés au fond d’un tiroir, une nouvelle hâtive couchée sur quelques feuillets volants, une pièce de théâtre pour les plus ambitieux… On retrouve généralement ces oeuvres de jeunesse des années plus tard, un peu honteux, et après avoir hoqueté un rire attendri pour la personne qu’on était autrefois, on les bazarde sans guère de scrupules. Mais pas Olivier Py. Lui, de ses écrits de jeunesse, a sauvé un petit roman, écrit l’année de ses dix-sept ans avec une énergie et une intensité peu communes dans un cahier noir.… Lire la suite

Les Sangs d’Audrée Wilhelmy

Barbebleue

Les contes de notre enfance se prêtent à toutes les contorsions, à toutes les réécritures. Dans Les Sangs, Audrée Wilhelmy jette son dévolu sur Barbe-Bleue, conte fascinant s’il en est, que même les versions les plus enfantines peinent à édulcorer. Quel que soit l’angle sous lequel on le regarde, Barbe-Bleue reste une histoire des plus sanglantes, dont l’enseignement reste ambigu, et qui semble faire du mariage et de la sexualité quelque chose de foncièrement effrayant voire sanglant.

Les Sangs adopte un point de vue inhabituel pour raconter une nouvelle fois cette histoire inusable : celui des six femmes de Barbe-Bleue qui précèdent celle qui est habituellement l’héroïne du conte.  … Lire la suite

Escal-Vigor de Georges Eekhoud

saint sebastien

Parmi les bonnes raisons de lire Escal-Vigor de Georges Eekhoud, la première est certainement sa place un peu particulière dans l’histoire littéraire, puisque ce classique oublié fut le premier roman francophone (voire le premier roman tout court, mais mes sources semblent diverger) à intégrer au coeur de son intrigue l’homosexualité masculine (pour les femmes, ce fut d’après Guy Ducrey Mademoiselle Giraud ma femme d’Adolphe Belot, en 1870). Pour être plus précis, Escal-Vigor raconte la relation idéalisée entre deux hommes, Henry de Kehlmark, châtelain de l’Escal-Vigor, fraîchement revenu sur ses terres – situées dans une contrée imaginée, inspirée des Pays-Bas -, et Guidon Govaertz, fils du bourgmestre du cru.… Lire la suite

Crash-test de Claro

crash test

Au commencement était l’accident.

Au commencement, il y a un homme, employé à réaliser des crash-tests, pour assurer des marques automobiles de la solidité et de la résistance de leurs modèles. Initialement réalisés avec des mannequins, les crash-testeurs ont de plus en plus souvent recours à des corps récupérés à la morgue, reconstituant ainsi des accidents presque plus vrais que nature. Et puis d’autres commencements : la découverte de la sexualité par un ado qui lit avidement des bandes dessinées érotiques, celui de Linda Lovelace, alias Gorge Profonde, dont la sordide carrière est marquée par un certain nombre de carambolages, celui de l’histoire de l’automobile en général, qui ne semble vraiment se mettre en branle que lorsque la voiture fait sa première victime.… Lire la suite

La Vénus à la fourrure de Leopold von Sacher-Masoch

Photo-du-film-LA-VÉNUS-À-LA-FOURRURE

Sortez les fouets et les cordes, le billet d’aujourd’hui va faire mal. Ou va vous faire du bien, selon vos penchants. Avez-vous déjà rêvé d’être ligoté aux pieds d’une femme-déesse prête à faire de vous tout ce dont elle a envie ? Pas moi, mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier la Vénus à la fourrure, court roman qui se présente comme le catalogue des fantasmes de Sacher-Masoch et qui a largement contribué à définir ce qu’est le masochisme.

La déesse s’appelle ici Wanda. Séverin, notre narrateur, la rencontre par hasard dans un hôtel est est aussitôt fasciné par sa beauté de marbre.… Lire la suite