Le Papillon d’Andrus Kivirähk

kivirahk - le papillon - papillons épinglés

On pourrait croire qu’on commence à bien connaître Andrus Kivirähk. Après l’Homme qui savait la langue des serpents et les Groseilles de novembre, deux échappées belles dans une Estonie médiévale peuplée de créatures fantastiques et de chimères, on pensait l’avoir cerné. C’était sans compter sur le Papillon, troisième roman traduit en France (encore par un traducteur différent, Jean-Pascal Ollivry) mais premier roman d’Andrus Kivirähk. Loin des terres sauvages qu’arpentaient Leemet ou les légendaires Kratts, le papillon se déroule dans une Estonie bien plus proche et bien plus tangible : celle du début du XXe siècle, à la veille de la Première Guerre Mondiale.… Lire la suite

Fates and Furies (Les Furies) de Lauren Groff

fates and furies - erinyes-oreste-bouguereau

Lire des livres en anglais avant qu’ils soient traduits en France me donne toujours l’impression d’être un petit privilégié – comme s’il s’agissait d’une exclusivité qui m’était réservée. Alors quand en plus je tombe, par chance, sur un petit chef d’oeuvre comme Fates and furies, je peux vous dire que je me régale…

Rien de spécial pourtant à première vue dans ce qui est le troisième roman de Lauren Groff : Mathilde et Lancelot – Lotto pour les intimes – ont à peine vingt ans lorsqu’ils se rencontrent. Lui brille, à la fac, par ses talents de comédien : son incarnation d’Hamlet, notamment, restera dans les annales de son université.… Lire la suite

Bérénice 34-44 d’Isabelle Stibbe

Comedie-francaise

Le plus difficile quand on est face aux tables du libraire, c’est de faire le tri dans les premiers romans. Largué, sans repères, on en est réduit à tester les auteurs bombardés « jeunes prodiges » par les médias spécialisés, et le résultat n’est pas souvent à la hauteur… Heureusement on peut compter sur certains blogueurs pour dénicher les perles rares, comme ce Bérénice dont je n’avais jamais entendu parler avant de lire l’article de Cunéipage , elle-même inspirée par Gilbert Collard (qui est donc de bon conseil parfois, ah bon).

Bérénice, c’est évidemment la tragédie de Racine. Quelques vers récités par un camarade soldat pendant la guerre de 14-18 donnent au père de la Bérénice du roman l’idée de donner ce prénom à sa fille.… Lire la suite

Le Quatrième Mur de Sorj Chalandon

Liban_09_large

Après avoir décroché le grand prix de l’Académie Française avec Retour à Killybegs en 2011, Sorj Chalandon est, dit-on, un des candidats les mieux placés dans la course au Goncourt avec Le Quatrième Mur. Considérant qu’il est le premier des romans de la sélection des amis de chez Drouant que je lis, je ne me prononcerai pas sur ses chances même s’il me semble qu’il ferait un bien beau Goncourt.

Le Quatrième Mur nous plonge au coeur de la guerre du Liban, au début des années 80, avec pour guide Georges, un jeune metteur en scène de la génération mai 68.… Lire la suite